Accéder au contenu principal

Wall Street grimpe à l'ouverture avec l'espoir d'avancées sur un vaccin contre le virus

Le New York Stock Exchange à New York, le 15 mai 2020
Le New York Stock Exchange à New York, le 15 mai 2020 Johannes EISELE AFP
Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York a ouvert en nette hausse lundi après l'annonce par un laboratoire américain de résultats préliminaires encourageants d'essais cliniques sur un vaccin contre le nouveau coronavirus.

Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, montait de 3,18% à 24.439,62 points

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'appréciait de 1,86% à 9.181,88 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, prenait 2,64% à 2.939,27 points.

Wall Street avait enregistré une baisse sur l'ensemble de la semaine dernière, perturbée notamment par des indicateurs contrastés et un regain de tensions entre les Etats-Unis et la Chine: le Dow Jones avait cédé 2,1% et le Nasdaq 1,2%.

Le laboratoire américain Moderna a fait part lundi de "données intérimaires positives" de la phase initiale des essais cliniques de son projet de vaccin mRNA-1273.

Ce dernier a semblé susciter une réponse immunitaire chez huit personnes à qui il avait été administré, de la même ampleur que ce qu'on observe chez ceux qui ont été naturellement contaminés par le virus, selon un communiqué du laboratoire.

Les résultats complets de cet essai de phase 1 ne sont toutefois pas encore connus.

Pour les analystes de Charles Schwab, "les résultats optimistes du projet de vaccin de Moderna contre le Covid-19 donnent un coup d'accélérateur au fort démarrage du marché."

A Wall Street, l'action du laboratoire s'envolait de plus de 15%.

- Powell prudent -

Sur le front économique, le patron de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a continué de se montrer prudent tout en envisageant un retour de la croissance sur le moyen terme ou le long terme.

Dans une interview diffusée dimanche sur CBS, M. Powell a estimé que la crise actuelle présentait "des différences fondamentales" avec la Grande Dépression, rappelant que, contrairement à 1929, tous les indicateurs étaient au vert pour l'économie américaine avant la pandémie.

Le président de la Fed a néanmoins jugé que le taux de chômage pourrait atteindre les 20 à 25% aux Etats-Unis et que le PIB pourrait chuter jusqu'à 30% au deuxième trimestre.

De plus en plus d'entreprises ont, pour leur part, prévu la réouverture progressive de leur activité en Amérique du Nord cette semaine. C'est le cas lundi des usines automobiles, notamment General Motors (+9,85%), Ford (+0,47%), Fiat Chrysler (+7,10%) et Tesla (+3,55%).

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, évoluant à 0,6833% contre 0,6428% vendredi soir.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.