Accéder au contenu principal

Banlieues françaises : nouvelle nuit de tensions à Argenteuil après la mort d'un jeune à moto

Des échauffourées ont éclaté à Argenteuil, dans le Val d'Oise, après la mort d'un garçon de 18 ans à la suite d'un accident de moto, le 17 mai 2020, à proximité d'une voiture de la BAC.
Des échauffourées ont éclaté à Argenteuil, dans le Val d'Oise, après la mort d'un garçon de 18 ans à la suite d'un accident de moto, le 17 mai 2020, à proximité d'une voiture de la BAC. © AFP

Des échauffourées ont éclaté pour une deuxième nuit à Argenteuil, où un garçon de 18 ans est mort, dimanche matin, après un accident de moto à proximité d'une voiture de police. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime n'était pas poursuivie par la BAC. 

Publicité

La colère ne s'apaise pas. La mort de Sabri, 18 ans, décédé dimanche matin après avoir percuté un poteau électrique en béton avec sa moto, a enflammé son quartier de la ZUP, à Argenteuil, en banlieue parisienne. Une voiture de la BAC (Brigade anticriminalité) était à proximité du lieu de l'accident. Dans un environnement où les relations entre la police et quartiers sont souvent tendues, la suspicion d'une bavure policière n'a pas tardé à émerger dans les esprits. 

Depuis deux nuits, le quartier d'où était originaire Sabri est donc à cran. Après une première nuit de violence dimanche soir, les tensions ont repris lundi soir vers 23 heures. Trois voitures ont été incendiées et une vingtaine de feux de poubelles et détritus recensés. Au total, six personnes ont été interpellées dans la nuit, selon une source policière. 

"Trois policiers ont été blessés par des jets de projectiles", notamment des mortiers d'artifice, a ajouté cette source à l'AFP. Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène.   

Selon le Parquet, Sabri n'était pas poursuivi par la police 

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'accident qui a eu lieu dans un quartier pavillonnaire de la ville quand le conducteur, non casqué, a percuté un poteau électrique en béton situé sur un trottoir.

Selon les premières constatations, il n'était pas poursuivi par la voiture de la BAC, a indiqué lundi le parquet de Pontoise. Il précise que "les premières conclusions" de l'expertise en accidentologie allaient aussi dans le sens d'une "absence de choc entre le véhicule de la police et la moto".

Les avocates de la famille de Sabri, 18 ans, ont annoncé dans un communiqué qu'une plainte va être déposée "dans les jours qui suivent afin que les circonstances du décès de Sabri soient élucidées". Une longue bataille judiciaire s'annonce. 

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.