Accéder au contenu principal

Effondrement du trafic aérien : Rolls-Royce va supprimer "au moins" 9 000 postes

Le motoriste Rolls-Royce, qui a déjà réduit sa main-d'œuvre de 4 600 personnes depuis 2018, va supprimer "au moins" 9 000 postes à cause de la crise dans le secteur du transport aérien.
Le motoriste Rolls-Royce, qui a déjà réduit sa main-d'œuvre de 4 600 personnes depuis 2018, va supprimer "au moins" 9 000 postes à cause de la crise dans le secteur du transport aérien. AFP

Malmené par l'effondrement du trafic aérien lié à la pandémie de Covid-19, le fabricant britannique de moteurs d'avion Rolls-Royce a annoncé mercredi la suppression d'"au moins" 9 000 postes.

Publicité

Les mauvaises nouvelles se succèdent pour l'emploi dans le secteur aéronautique. Le fabricant de moteurs d'avion britannique Rolls-Royce a annoncé mercredi 20 mai la suppression d'"au moins" 9 000 postes à cause de l'effondrement du trafic aérien provoqué par la pandémie de coronavirus.

Dans un communiqué, le groupe justifie sa décision en évoquant l'impact "sans précédent" du Covid-19 sur le secteur du transport aérien. Il devient "de plus en plus clair qu'il faudra plusieurs années pour que le marché de l'aéronautique commercial retrouve ses niveaux d'il y a quelques mois", ajoute-t-il.

"Une demande de clients qui n'existe" plus

Les suppressions envisagées représentent 17 % d'une main d'œuvre totale de 52 000 personnes. Elles toucheront essentiellement les activités d'aviation civile, un peu de fonctions administratives, mais pas la branche défense.

Une source proche du dossier avait indiqué à l'AFP début mai que le groupe industriel envisageait jusqu'à 8 000 suppressions de postes. "Nos clients dans l'aviation et l'aéronautique doivent s'adapter et nous aussi", affirme Warren East, le directeur général, cité dans le communiqué.

"Les gouvernements font ce qu'ils peuvent pour soutenir les entreprises à court terme mais (...) ils ne peuvent remplacer de façon durable la demande de clients qui n'existe" plus, poursuit-il.

Rolls-Royce précise que sa restructuration "majeure" accompagnée de réductions de coûts "dans les usines et les actifs, les capitaux et les (frais) indirects" devrait au total permettre d'économiser 1,3 milliard de livres (1,45 milliard d'euros), dont 700 millions viendront des licenciements. Le groupe avait notamment déjà annulé le versement d'un dividende.

Turbulences dans le secteur

Le secteur du transport aérien est l'un des plus touchés par les conséquences de la pandémie de coronavirus et des mesures de confinement et restrictions des déplacements mises en place pour freiner sa propagation.

Au Royaume-Uni, les compagnies aériennes British Airways, Virgin Atlantic et Ryanair entre autres ont déjà annoncé des milliers de suppressions d'emplois.

Par ailleurs, le ministre britannique des Transports, Grant Shapps, a indiqué lundi au Parlement que 43 500 personnes avaient été mises au chômage technique dans l'aviation au Royaume-Uni à cause de la crise du coronavirus, et 2 600 dans les aéroports.

Rolls-Royce déjà en difficulté avant la crise

Le motoriste avait déjà réduit sa main-d'œuvre de 4 600 personnes, essentiellement dans l'administratif, depuis 2018.

Rolls-Royce avait réduit sa perte nette en 2019 grâce à de meilleures performances commerciales, malgré les coûteux problèmes sur ses moteurs d'avion Trent 1000 qui plombaient ses comptes depuis plusieurs années, mais la crise sanitaire lui porte un nouveau coup frontal.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.