Accéder au contenu principal

Taïwan : la présidente Tsai défie Pékin en rejetant le principe "un pays, deux systèmes"

La présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, appelle à tourner la page du principe "un pays, deux États" défendu par Pékin.
La présidente de Taïwan, Tsai Ing-wen, appelle à tourner la page du principe "un pays, deux États" défendu par Pékin. © Bureau présidentiel de Taïwan, AFP

Taïwan est disposé à dialoguer avec la Chine mais ne peut accepter le principe politique "un pays, deux systèmes" voulu par Pékin, a déclaré mercredi la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen lors de son investiture pour un second mandat. La Chine "ne tolérera jamais" une sécession de Taïwan, a immédiatement réagi Pékin.

Publicité

Les relations entre Taipei et Pékin arrivent-elles à un tournant historique ? C'est ce qu'a fortement laissé sous-entendre la présidente taïwanaise, Tsai Ing-wen, mercredi 20 mai, lors de son discours d'investiture.

"Je veux réitérer les mots 'paix, parité, démocratie et dialogue'. Nous n'accepterons pas que les autorités de Pékin utilisent le principe 'un pays, deux systèmes' pour déclasser Taïwan et nuire au statu quo inter-détroit", a prévenu la dirigeante taïwanaise, en référence au principe qui a présidé à la restitution de Hong Kong et de Macao à la Chine continentale.

Réélue en janvier avec 8,2 millions de voix, un score sans précédent depuis la première présidentielle en 1996, Mme Tsai a appelé "les deux camps à trouver un moyen de coexister sur le long terme". Les tensions avec la Chine et la contestation de la souveraineté de Pékin à Hong Kong ont été au cœur de l'élection présidentielle.

>> À lire aussi : "L’OMS reporte toute décision sur Taïwan, Washington condamne une 'exclusion'"

Pékin prêt à "défendre la souveraineté nationale"

La Chine "ne tolérera jamais" une sécession de Taïwan, a réagi Pékin après le discours de la présidente Tsai Ing-wen. "Nous avons une détermination sans faille, une confiance totale et toutes les capacités de défendre la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale", a averti le porte-parole du Bureau des affaires taïwanaises, Ma Xiaoguang.

"Nous ne tolérerons jamais aucune action sécessionniste", a-t-il déclaré, selon des propos rapportés par l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

La Chine entend ramener dans son giron Taïwan, qu'elle considère comme une province renégate, en lui faisant accepter le principe "un pays, deux systèmes" qui régit ses relations avec Hong Kong. Pékin a multiplié les exercices militaires près de l'île depuis la réélection de Mme Tsai.

La présidente taïwanaise a déclaré mercredi que Taipei avait fait les efforts les plus importants pour maintenir la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan, qui sépare l'île et la Chine.

"Nous allons poursuivre ces efforts, et nous sommes disposés à ouvrir le dialogue avec la Chine et à contribuer davantage à la sécurité régionale", a-t-elle dit.

Message de félicitations de Mike Pompeo

Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a adressé un message à la dirigeante, saluant son "courage" et sa "vision".

Une initiative qui a fortement déplu au ministère chinois de la Défense, Pékin étant fermement opposé à tout contact formel entre un pays étranger et les autorités taïwanaises – ce qu'il considère comme un soutien au séparatisme.

Le ministère a dénoncé dans un communiqué une "grave erreur" et une initiative "très dangereuse", appelant Washington à respecter son engagement de ne pas soutenir Taïwan.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.