Accéder au contenu principal

Fuite de Carlos Ghosn : le Japon va demander l'extradition des suspects arrêtés aux États-Unis

Carlos Ghosn, le 8 novembre 2018 à Maubeuge (France).
Carlos Ghosn, le 8 novembre 2018 à Maubeuge (France). © Ludovic Marin, AFP

Le parquet de Tokyo a annoncé jeudi préparer une demande officielle d'extradition de deux hommes arrêtés la veille aux États-Unis et soupçonnés d'avoir aidé l'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn à fuir la justice japonaise fin 2019.

Publicité

Tokyo n’a pas tardé à réagir. Au lendemain de l’annonce de l’arrestation aux États-Unis de deux hommes soupçonnés d'avoir aidé l'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn à fuir le Japon en 2019, le parquet de Tokyo a déclaré jeudi 21 mai préparer une demande officielle d'extradition. "Nous effectuons des préparatifs et travaillons notamment pour coopérer en vue d'une extradition rapide", a dit à la presse le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga.

Les autorités américaines ont arrêté mercredi, à la demande des autorités japonaises, un ancien membre des forces spéciales de l'US Army, Michael Taylor, et son fils Peter, accusés d'avoir aidé l'ancien PDG de Renault et Nissan à fuir le Japon alors qu'il devait y être jugé pour des malversations financières qu'il dément.

Trois hommes étaient recherchés

Le Japon avait émis en janvier des mandats d'arrêt visant Michael Taylor, 59 ans, son fils de 27 ans et un troisième homme, George-Antoine Zayek, pour complicité dans la fuite de Carlos Ghosn le 29 décembre dernier.

D'après le parquet japonais, Peter Taylor s'est rendu au Japon la veille de la fuite de Carlos Ghosn. Michael Taylor et George-Antoine Zayek sont pour leur part arrivés le jour même avec de grandes malles noires utilisées généralement pour le transport de matériel musical.

Toujours selon les autorités japonaises, les trois hommes ont rencontré Carlos Ghosn, qui est entré dans une chambre d'hôtel avec Michael Taylor et George-Antoine Zayek. L'ancien patron de Renault-Nissan s'est alors caché dans l'une des malles, qui a été emmenée à un aéroport et chargée à bord d'un avion privé à destination de la Turquie. Deux jours plus tard, Carlos Ghosn a annoncé qu'il se trouvait au Liban, le pays de son enfance.

Fuite de Carlos Ghosn : deux complices présumés arrêtés aux États-Unis

Sept personnes bientôt inculpées en Turquie

Les autorités américaines ont arrêté le père et le fils Taylor dans le Massachusetts après avoir appris que Peter Taylor avait réservé une place à bord d'un vol Boston-Beyrouth, montrent des documents judiciaires.

Les deux hommes ont ensuite comparu par liaison vidéo devant un juge fédéral, vêtus de combinaisons orange de prisonnier. Ils ont été placés en détention à la demande du parquet américain, qui a évoqué un risque de fuite.

Leur avocat, Paul Kelly, a fait savoir dans un communiqué qu'il envisageait de contester toute demande d'extradition. Un représentant de Carlos Ghosn a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Dans une déclaration transmise par courriel, Nissan a dit prendre acte de ces arrestations et se réserver le droit de prendre de nouvelles initiatives sur le terrain judiciaire contre Carlos Ghosn. Le constructeur automobile a déposé plainte au civil contre son ancien patron cette année pour lui réclamer 10 milliards de yens (85 millions d'euros).

En Turquie, le parquet a déclaré ce mois-ci qu'il préparait des actes d'inculpation contre sept personnes, dont quatre pilotes d'avion, pour la fuite de Carlos Ghosn du Japon vers le Liban via Istanbul.

Avec Reuters et AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.