Élu maire de Tourcoing, le ministre Gérald Darmanin cumule les mandats

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, à Paris le Paris, le 24 avril 2020
Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, à Paris le Paris, le 24 avril 2020 Ludovic MARIN AFP/Archives

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, élu samedi maire de Tourcoing (Nord), assure avoir été "autorisé" par Emmanuel Macron et Édouard Philippe à cumuler "pendant un temps" ces deux fonctions, dans un entretien au Journal du Dimanche

Publicité

Exit la jurisprudence de Lionel Jospin selon laquelle un ministre ne peut pas diriger un exécutif local. Gérald Darmanin a été élu, samedi 23 mai, maire de Tourcoing (Nord), une fonction qu'il entend cumuler avec son portefeuille ministériel. Certes, la règle introduite en 1997 reste non écrite mais le Premier ministre Édouard Philippe l'avait faite sienne en martelant en septembre 2019 : "Chaque ministre pourra être candidat" aux municipales mais "quand on est ministre, on ne peut pas cumuler avec la tête d'un exécutif local". 

La liste du ministre de l'Action et des Comptes publics l'avait emporté haut la main dès le premier tour, le 15 mars, avec 60,9 % des voix sur fond d'abstention record (74,6 %). Gérald Darmanin a donc été élu sans surprise maire, lors de la réunion samedi matin du conseil municipal de Tourcoing, deuxième plus grande ville du Nord, derrière Lille, avec 100 000 habitants.

À lire sur le même sujet : le second tour des municipales aura lieu le 28 juin

L'homme de 37 ans retrouve donc le siège qu'il avait occupé entre mars 2014 et septembre 2017. Déjà à son entrée au gouvernement en mai 2017, le jeune ministre avait attendu près de quatre mois avant de céder son fauteuil à un fidèle et de devenir premier adjoint. Et fin janvier, quand il est entré officiellement en campagne, il avait affiché la couleur sans détour. "Si je suis tête de liste, c'est pour être maire", avait-il ainsi proclamé dans La Voix du Nord.         

Un cumul durable dans la durée ? 

Fin janvier déjà, Gérald Darmanin se targuait d'avoir obtenu le feu vert du président Emmanuel Macron pour cumuler un temps. Dans une interview au Journal du Dimanche, samedi 23 janvier, il a réaffirmé avoir sa bénédiction ainsi que celle du Premier ministre.  

"Le président de la République et le Premier ministre m’avaient autorisé à être ministre et candidat. Ils m’ont autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles" liées à l'épidémie de Covid-19, "à exercer ces deux fonctions", déclare le ministre.

Le chef de l'État semble décidé à garder à ses côtés ce ministre qui s'était imposé au début du quinquennat comme l'un des poids-lourds du gouvernement. Et, face à la crise économique et financière consécutive à l'épidémie de Covid-19, il doit préparer le texte-clef du projet de loi de finances rectificative, débattu fin juin au Parlement.

Reste à savoir s'il pourra cumuler jusqu'au remaniement ministériel, qui se profile dans les prochaines semaines ou prochains mois. Maire et ministre, "je crois qu'il n'est pas sain de cumuler les deux dans la durée", avait répondu l'intéressé dès janvier. Une façon de signifier à Emmanuel Macron qu'il pourrait à terme choisir Tourcoing.

Gérald Darmanin a annoncé, samedi que, pendant le cumul, il ne toucherait "évidemment pas" ses indemnités municipales, reversées à la Société protectrice des animaux.

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine