Quatorzaine obligatoire au Royaume-Uni : la France prête à la "réciprocité"

Un passager portant un masque arrive à la gare St Pancras, à Londres, à la sortie de l'eurostar, le 6 mai 2020.
Un passager portant un masque arrive à la gare St Pancras, à Londres, à la sortie de l'eurostar, le 6 mai 2020. AFP - ISABEL INFANTES

Alors que le Royaume-Uni va imposer une quatorzaine aux voyageurs arrivant de l'étranger pour enrayer la pandémie de Covid-19, la France se dit prête à mettre en place une mesure de réciprocité.

Publicité

Le Covid-19 aura mis un peu plus de distance entre Paris et Londres. Alors que le Royaume-Uni a annoncé, vendredi, qu'il imposerait une quatorzaine aux voyageurs arrivant de l'étranger, la France regrette... et réplique.

"Les voyageurs en provenance du Royaume-Uni, quelle que soit leur nationalité, seront invités à effectuer une quatorzaine, lorsque la mesure britannique de quatorzaine, annoncée [vendredi] soir, entrera effectivement en vigueur", détaille le communiqué  commun des ministères de l'Intérieur, de l'Europe et des Affaires étrangères et de la Santé.

Les allers et retours risquent de se compliquer entre ces deux pays reliés par l'Eurostar, une fois les mesures de quatorzaine imposées de part et d'autre du tunnel sous la Manche.

"Quatorzaines volontaires"

La France avait déjà annoncé le 14 mai qu'elle comptait appliquer aux voyageurs venant d'Espagne des mesures de quarantaine, par réciprocité à celles décidées par Madrid et visant toute personne venant de l'étranger. 

Le communiqué interministériel a précisé, vendredi soir, qu'effectivement "les voyageurs arrivant, par voie aérienne uniquement, depuis l'Espagne, seront invités à compter de lundi, à effectuer une quarantaine volontaire". "Cela vaut pour les voyageurs espagnol, français et de toute nationalité", est-il ajouté.

Une "quatorzaine volontaire" sera également proposée aux Français ou résidents permanents en France en provenance de l'extérieur de l'espace européen au domicile de leur choix ou dans une structure d'hébergement adaptée, selon le même communiqué.

Sont exclus de ces "quatorzaines volontaires", sauf si elles présentent des symptômes, les personnes en transit, les travailleurs transfrontaliers, les membres d'équipage, les personnes assurant le transport international de marchandises, les conducteurs et équipiers d'autocars et trains, les équipages de navires de commerce et pêche. Mais aussi les professions de santé concourant à la lutte contre le Covid-19, les personnels en missions diplomatiques et organisation internationales, ayant leur siège en France, les forces de sécurités de retour de mission, les personnes justifiant d'un motif familial impérieux.

Attestation de déplacement obligatoire 

Quelle que soit leur provenance, l'ensemble des voyageurs doivent être munis de l'attestation de déplacement international dérogatoire et d'une déclaration sur l'honneur attestant ne pas présenter de symptômes d'infection au Covid-19.

Pour les voyageurs en provenance de l'extérieur de l'espace européen (l'ensemble des pays du monde sauf les États membres de l'Union européenne, Royaume Uni, Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Saint-Marin, Suisse et Vatican), "le principe qui reste en place aujourd'hui et jusqu'à nouvel ordre, c'est la fermeture des frontières et donc l'interdiction d'entrée", est-il précisé.

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine