Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien à la filière automobile

Une ligne d'assemblage à l'usine Renault de Flins, le 6 mai 2020.
Une ligne d'assemblage à l'usine Renault de Flins, le 6 mai 2020. © Martin Bureau, AFP (archives)

Le président de la République doit annoncer mardi après-midi, dans le Pas-de-Calais, un plan de soutien à une filière automobile mise à l'arrêt par la crise sanitaire.

Publicité

Durement touchée par deux mois de confinement, la filière automobile est dans l’attente des annonces du président de la République. Emmanuel Macron se rend, mardi 26 mai, dans une usine de l'équipementier Valeo à Étaples, près du Touquet (Pas-de-Calais), pour annoncer un plan de soutien.

Selon une source proche de l'exécutif, celui-ci touchera à "la souveraineté industrielle", à la transition vers les véhicules propres et à la préservation de la compétitivité du secteur, qui représente 400 000 emplois directs – 900 000 en comptant les services.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a expliqué ces derniers jours que le plan de soutien serait orienté vers les technologies vertes tout en réclamant en échange une relocalisation de productions en France.

>> À voir : "Coronavirus : chute historique du marché automobile français"

Avant son déplacement, le chef de l'État doit recevoir en début de matinée à l'Élysée Jean-Dominique Sénard, le PDG de Renault, trois jours avant le dévoilement du plan d'économies de deux milliards d'euros du groupe en difficulté, dont l'État détient 15 % des parts.

Marché automobile européen divisé par quatre

Emmanuel Macron doit ensuite recevoir les acteurs de la filière automobile (constructeurs comme Renault, PSA ou Toyota, équipementiers et partenaires sociaux) pour faire le point sur l'impact de la crise et les moyens d'en sortir, alors que le marché automobile européen a été divisé par quatre en avril après une chute de moitié en mars, en comparaison avec l'an dernier.

Pour repousser le spectre des faillites et des licenciements, le gouvernement a annoncé dimanche 3 milliards d'euros d'exonérations de cotisations sociales pour les entreprises des secteurs les plus touchés comme la restauration, le tourisme, la culture ou le sport.

>> À lire : "'Renault joue sa survie', s'inquiète le ministre de l'Économie Bruno Le Maire"

Ce coup de pouce doit concerner 500 000 entreprises et alourdira la dette au-delà du seuil de 115 % du produit intérieur brut, a prévenu le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Le gouvernement va en revanche réduire la prise en charge par l'État du chômage partiel afin de soutenir la reprise économique : dès le 1er juin, les entreprises devront payer 15 % de cette indemnisation.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine