Le premier vol habité de SpaceX est reporté à samedi à cause du mauvais temps

SpaceX aurait dû décoller mardi 27 mai à Cape Canaveral, en Floride, mais le mauvais temps a changé le programme.
SpaceX aurait dû décoller mardi 27 mai à Cape Canaveral, en Floride, mais le mauvais temps a changé le programme. © Joe Skipper, Reuters

Le lancement de la fusée SpaceX, avec deux astronautes américains à son bord, n'a finalement pas eu lieu mercredi, en Floride, à cause du temps orageux. L'événement, qualifié d'historique, est reporté à samedi.

Publicité

Au bout du suspense, le premier vol habité de la société américaine SpaceX a été reporté de mercredi 27 à samedi 30 mai en raison des intempéries. Jusqu'à la dernière minute, deux astronautes de la Nasa étaient pourtant installés dans la capsule au sommet de la fusée qui devait les emmener vers la Station spatiale internationale (ISS).

"Dragon, SpaceX : malheureusement, nous n'allons pas lancer aujourd'hui", a annoncé aux astronautes à bord de Crew Dragon le directeur du lancement de SpaceX au Centre spatial Kennedy en Floride, 17 minutes avant l'heure prévue du décollage.

"C'était un bel effort de l'équipe, nous comprenons", a répondu l'astronaute Doug Hurley, qui était depuis deux heures à l'intérieur, sanglé dans son siège à côté de son coéquipier Bob Behnken, au sommet d'une fusée Falcon 9. Les deux hommes auraient dû s'amarrer à l'ISS jeudi.

Risque trop important

Il s'en est fallu de dix minutes pour que le mauvais temps se dissipe, selon SpaceX, mais le risque posé par la pluie et les éclairs était trop important, et la fenêtre de tir, 16 h 33, était stricte, afin de coordonner l'orbite de Dragon avec celle de l'ISS. La prochaine tentative aura lieu samedi à 15 h 22 (21 h 22 en France).

"Tout le monde est sûrement un peu déçu", a déclaré Doug Hurley plus tard, compatissant avec les équipes au sol, qui attendaient ce moment depuis des années. Le président Donald Trump était venu assister en personne à ce que la Nasa appelle l'aube d'une nouvelle ère spatiale.

Cette étape est la concrétisation de dix-huit ans d'efforts pour SpaceX. "C'est un rêve devenu réalité, je ne pensais pas que cela arriverait un jour", avait confié avant le lancement prévu Elon Musk, qui a fondé la société en 2002 en Californie. 

Quarantaine

Avant de monter à bord de la capsule, les astronautes ont pu dire au revoir à leurs familles. À leurs deux jeunes fils, Elon Musk a promis : "Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour que vos papas reviennent."

Bob Behnken et Doug Hurley étaient en quarantaine depuis deux semaines. Malgré la pandémie de Covid-19, le vol a été maintenu et des touristes et passionnés se sont installés sur les plages du littoral de Floride.

Crew Dragon a pour mission de rattraper l'ISS, à 400 kilomètres d'altitude, où elle pourrait rester amarrée jusqu'en août. Si la capsule revient et est certifiée sûre, les Américains ne dépendront plus des Russes pour accéder à l'espace : depuis 2011, les Soyouz étaient les seuls taxis spatiaux disponibles. Les acheminements depuis la Floride redeviendront réguliers, avec quatre astronautes à bord. Et SpaceX sera libre d'organiser des voyages spatiaux pour touristes, moyennant un billet qui coûtera sans doute quelques dizaines de millions de dollars la place.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine