Burkina Faso : plusieurs civils tués dans une attaque attribuée aux jihadistes

Des soldats du Burkina Faso lors d'un exercice d'entraînement dans un camp militaire près de Ouagadougou, en avril 2018.
Des soldats du Burkina Faso lors d'un exercice d'entraînement dans un camp militaire près de Ouagadougou, en avril 2018. © Issouf Sanogo, AFP (archives)

Au moins quinze civils ont été tués vendredi soir dans le nord du Burkina Faso, dans une attaque attribuée aux groupes jihadistes qui opèrent régulièrement dans la zone, a annoncé samedi le gouvernement burkinabè.

Publicité

Nouvelle attaque meurtrière dans le nord du Burkina Faso. Au moins 15 civils ont été tués, vendredi soir, dans la province du Loroum, lors d'une attaque attribuée à des "groupes armés terroristes", selon un communiqué diffusé samedi 30 mai par le gouvernement.

"Le 29 mai, un convoi de commerçants, venant de Titao pour Sollé, a été attaqué par des groupes armés terroristes, entre les localités de Dougouma et Ingané. Le bilan provisoire fait état de 15 morts, de blessés et de personnes portées disparues, et d'importantes pertes matérielles", indiquent les autorités dans un communiqué signé du ministre de la Communication, Remis Fulgance Dandjinou.

Le ministre, par ailleurs porte-parole du gouvernement, souligne que "des renforts militaires ont été déployés et des ratissages sont en cours".

>> À lire : Au Burkina Faso, les civils dans la mire des jihadistes

Les victimes sont "principalement des commerçants qui revenaient de Titao (à environ 160 km au nord de la capitale Ouagadougou, NDLR), lorsque leur convoi a été intercepté par des individus armés", a expliqué à l'AFP un habitant de Titao, précisant que "l'attaque a eu lieu aux environs de 17 h" (locales et GMT).

"Les camions étaient escortés par des 'koglweogo' (membres d'un groupe d'autodéfense local, NDLR) qui figurent parmi les victimes", a-t-il poursuivi, sous le couvert d'anonymat, précisant qu'"au moins quatre femmes" figuraient "parmi les morts". "Deux camions ont été incendiés", a-t-il ajouté.

Quelques 860 000 personnes déplacées depuis cinq ans

En janvier, neuf commerçants avaient été assassinés et un véhicule calciné lors d'une attaque sur ce même axe.

Craignant ces attaques récurrentes dans le Nord, les transporteurs organisent des convois accompagnés par des 'koglweogo' qu'ils paient. L'armée escorte aussi parfois ces convois.

En avril, l'opposition politique burkinabé avait dénoncé un "blocus sur Djibo (chef-lieu de la province du Soum, à 200 km au nord de Ouagadougou), ville-martyre coupée du reste du pays" par des "groupes armés terroristes".

>> À voir : Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés : "Les États du Sahel sont dans une situation dramatique"

Un convoi, sous escorte militaire, avait ensuite ravitaillé la ville, qui commençait à manquer de denrées alimentaires, de produits pharmaceutiques, de gaz et carburant, selon des habitants.

Le nord du Burkina Faso est la zone la plus touchée du pays par les exactions jihadistes, qui ont fait plus de 900 morts et 860 000 déplacés depuis cinq ans.

Sous-équipées et mal entraînées, les forces de l'ordre du Burkina, pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, n'arrivent pas à enrayer la spirale de violences jihadistes, malgré l'aide de forces étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5 100 hommes dans le cadre de l'opération antijihadiste Barkhane.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine