MMA: Une combattante fustige le cyberharcèlement après la mort d'une starlette japonaise de téléréalité

Publicité

Hong Kong (AFP)

La combattante d'arts martiaux mixtes Angela Lee a exhorté les utilisateurs de réseaux sociaux à "réfléchir à deux fois avant de parler", évoquant la mort d'une jeune catcheuse japonaise et participante d'une émission de téléréalité, victime de cyberharcèlement.

"Vos mots peuvent apaiser et soigner (les maux de) quelqu'un, mais ils peuvent aussi l'abattre et le détruire. S'il vous plaît, réfléchissez à deux fois avant de parler. Cela pourrait sauver la vie de quelqu'un", a affirmé Lee, 23 ans, sur son compte Instagram.

Le suicide apparent de Hana Kimura, 22 ans, annoncé le 23 mai, a provoqué une onde de choc au Japon et relancé dans le pays le débat sur des mesures plus sévères contre le harcèlement sur internet.

La catcheuse professionnelle aux cheveux roses était l'un des six participants de l'émission populaire Terrace House, diffusée sur Netflix au Japon et à l'étranger, dont la saison en cours a été arrêtée après son décès.

Kimura avait vite attiré l'attention des téléspectateurs mais elle était également rapidement devenue la cible de torrents d'insultes sur internet, avec des commentaires tels que "tout le monde sera heureux quand tu ne seras plus là".

"Le fait d'être constamment sous le feu des projecteurs met beaucoup de pression", a écrit la Canado-Américaine Lee, qui représente Singapour en MMA.

"Ajoutez à cela les jugements des gens, les critiques, les commentaires ignorants, les commentaires haineux... C'est suffisant pour pousser n'importe qui à bout", a ajouté la combattante d'origine coréenne et singapourienne.

Le sujet du cyberharcèlement avait déjà secoué la Corée du Sud en 2019, après les suicides successifs de deux chanteuses de K-pop (pop coréenne), Sulli puis Goo Hara, cibles de commentaires offensants sur les réseaux sociaux.