En Europe, les frontières s'ouvrent aux touristes européens, sous conditions

Des passagers dans un terminal vide de la compagnie aérienne allemande, Lufthansa, à l'aéroport Franz-Josef-Strauss de Munich, le 3 juin 2020.
Des passagers dans un terminal vide de la compagnie aérienne allemande, Lufthansa, à l'aéroport Franz-Josef-Strauss de Munich, le 3 juin 2020. © Christof Stache, AFP

Le déconfinement en Europe s'accompagne d'ouvertures de frontières. Depuis mercredi, les touristes européens peuvent à nouveau se rendre en Italie, tandis que l'Allemagne et les Pays-Bas ont annoncé ce même jour la levée des mises en garde sur les voyages touristiques en Europe. Mais un retour à la normale n'est pas pour autant envisagé, afin de limiter la propagation du Covid-19. 

Publicité

Peu à peu, l'Europe se déconfine, en ouvrant progressivement ses frontières. À quelques semaines des vacances d'été, le gouvernement allemand a décidé mercredi 3 juin de lever à partir du 15 juin ses mises en garde sur les voyages touristiques en Europe tandis que l'Italie a rouvert ses frontières ce même jour aux touristes européens

Le ministre italien des Affaires étrangères, Luigi Di Maio, a par ailleurs demandé mercredi "la réciprocité" à ses partenaires européens sur la réouverture des frontières, alors que l'Autriche et la Suisse gardent leur frontière italienne fermée.

Quelques heures après l'annonce du gouvernement allemand, les Pays-Bas ont eux aussi indiqué avoir pris des mesures moins strictes. En vue des vacances d'été, les voyages non essentiels ne seront plus déconseillés dans douze pays européens, dont l'Allemagne, la Belgique et l'Italie, à partir du 15 juin a ainsi déclaré le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, lors d'une conférence de presse. 

Levée des contrôles frontaliers en Autriche 

Les avis de voyage pour ces pays passeront du code orange au code jaune, qui enjoint les voyageurs à faire "attention aux risques de sécurité", a ajouté Mark Rutte.

De son côté, l'Autriche cessera jeudi, plus tôt que prévu, les contrôles systématiques à ses frontières terrestres, à l'exception de celles avec l'Italie, trois mois après avoir restreint la liberté de circulation afin de freiner la pandémie de coronavirus, a indiqué mercredi le gouvernement. 

>> À lire aussi : Réouverture des frontières extérieures de l'UE : quelles perpectives pour les diasporas ?

Un autre pays européen s'est engagé dans cette voie : la Belgique. La Première ministre belge, Sophie Wilmès, a annoncé que le pays rouvrirait ses frontières avec les autres pays de l'Union européenne à compter du 15 juin, ainsi qu'avec le Royaume-Uni et les quatre pays de l'espace Schengen non membres de l'UE. 

Des mesures différentes selon les pays 

Sophie Wilmès a toutefois recommandé aux voyageurs de s'assurer que leur déplacement était possible car "chaque pays décide seul de l'ouverture de ses frontières [à ses propres conditions]". Par ailleurs, cafés, bars et restaurants pourront rouvrir en Belgique sous conditions à partir du 8 juin, a-t-elle précisé lors d'une conférence de presse.

En Allemagne, les restrictions seront encore fortes, même si "le conseil des ministres a décidé de ne pas prolonger les avertissements sur les voyages" à destination de l'UE et des pays associés, pour "les remplacer par des recommandations" aux voyageurs, pays par pays, a déclaré Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères. 

>> À lire aussi : Déconfinement : les Européens profitent de leur liberté retrouvée

"Les recommandations […] ne sont pas des invitations aux voyages", a insisté le ministre social-démocrate, demandant aux touristes allemands de bien peser leur décision avant de boucler leur valise. "Il faut éviter qu'une reprise du tourisme conduise à une deuxième vague d'infection"

L'assouplissement des restrictions ne signifie pas que tous les voyages seront possibles dès le 15 juin dans l'ensemble de l'Europe, a prévenu le ministre.

Éviter les voyages non essentiels 

Même constat aux Pays-Bas où les incertitudes persistent : les voyages non essentiels resteront déconseillés après le 15 juin notamment vers le Royaume-Uni et la Suède, où les risques sanitaires sont estimés "plus élevés". Il en va de même pour tout voyage non essentiel en dehors de l'Europe.

Le Premier ministre néerlandais espère que les avis de voyage pour des pays comme la France et l'Espagne, qui n'ont pas encore indiqué s'il autoriseront les touristes néerlandais à voyager sur leur territoire durant l'été, seront assouplis d'ici au 5 juillet.

En Autriche aussi, les voyageurs seront soumis à des règles. Le ministre des affaires étrangères, Alexander Schallenberg, a par exemple précisé maintenir les restrictions avec l'Italie en raison de la situation épidémique toujours sensible dans certaines régions du pays, dont la Lombardie et entend analyser à nouveau la situation la semaine prochaine.

La levée des contrôles jeudi concerne l'Allemagne, le Liechtenstein, la Suisse, la Slovaquie, la Slovénie, la République tchèque et la Hongrie. Les voyageurs en provenance de ces pays européens ne devront plus observer une quarantaine à leur arrivée sur le territoire autrichien ou présenter un test négatif au Covid-19.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine