Michael White, un vetéran américain détenu en Iran, a quitté le pays après sa libération

Des passantes iraniennes, photographiées en avril 2020, dans la ville de Mashhad, au nord du pays, où le vétéran de l'US Navy Michael White, a été détenu.
Des passantes iraniennes, photographiées en avril 2020, dans la ville de Mashhad, au nord du pays, où le vétéran de l'US Navy Michael White, a été détenu. © ISNA / AFP

L'ex-militaire de la marine américaine Michael White, détenu en Iran depuis 2018, a été libéré et est en route pour rentrer chez lui, a annoncé sa famille dans un communiqué publiéjeudi. Cette libération intervient au lendemain du retour en Iran d'un scientifique relâché par les États-Unis.

Publicité

Un ancien militaire américain, Michael White, arrêté en juillet 2018 en Iran, "est sur le chemin du retour" aux États-Unis, après avoir été libéré par les autorités iraniennes, a annoncé sa mère, jeudi 4 juin.

"Au cours des 683 derniers jours, mon fils, Michael, a été retenu en otage en Iran par les Gardiens de la révolution", l'armée idéologique de la République islamique, "et j'ai vécu un cauchemar. Je suis heureuse d'annoncer que le cauchemar est terminé", a déclaré Johanne White dans un communiqué.

Le président américain Donald Trump a confirmé l'information en précisant que Michael White était "à bord d'un avion suisse qui venait de quitter l'espace aérien iranien" et serait de retour aux États-Unis "très bientôt"".

Cette libération intervient au lendemain du retour en Iran d'un scientifique iranien relâché, Cyrus Asgari, par les États-Unis après près de trois ans de détention pour espionnage.

Un autre scientifique iranien a été libéré "en même temps" que l'ex-militaire américain. Il s’agit de Majid Tahéri, emprisonné en Amérique "pour des raisons fallacieuses", a affirmé Abbas Moussavi, le porte-parole des Affaires étrangères dans un communiqué.

Pas un échange selon Washington

Le vice-ministre américain de la Sécurité intérieure Ken Cuccinelli n'a toutefois pas confirmé un échange de prisonniers. "Cyrus Asgari ne faisait pas partie d'un accord sur les prisonniers en échange de Michael White", a-t-il assuré. "Nous tentions d'expulser Asgari depuis décembre, mais les Iraniens nous ont mené en bateau jusqu'à cette semaine", a-t-il ajouté sur Twitter. Même si ce n'est pas un échange à proprement parler, le retour de l'ex-détenu iranien a probablement joué.

Michael White avait été condamné en mars 2019 à dix ans de prison pour avoir insulté le guide suprême Ali Khamenei et diffusé des photos personnelles sur les réseaux sociaux, selon son avocat.

Mi-mars, il avait bénéficié d'une permission de sortie pour raisons "médicales" et "humanitaires", mais à condition qu'il ne quitte pas le pays, et avait été confié à l'ambassade de Suisse à Téhéran, qui représente les intérêts américains en Iran. Washington continuait de réclamer sa libération pure et simple.

Avec AFP

 

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine