JO-2020 : Tokyo cherche à réduire la voilure sans annuler les Jeux

La couverture de Number 1 Shimbun, le magazine du Club japonais des correspondants étrangers, photographiée à côté du logo des Jeux olympiques de Tokyo le 21 mai 2020.
La couverture de Number 1 Shimbun, le magazine du Club japonais des correspondants étrangers, photographiée à côté du logo des Jeux olympiques de Tokyo le 21 mai 2020. © Kazuhiro Nogi, AFP

Le Japon, qui accueillera en 2021 les premiers Jeux olympiques reportés de l'histoire, tente de trouver des solutions pour réduire les coûts engendrés par le projet. D'autant plus qu'avec la pandémie de Covid-19, les dépenses augmentent.

Publicité

Reportés à 2021 en raison de la pandémie de Covid-19, les JO de Tokyo 2020 sont désormais contraints de revoir leur ambition. Les organisateurs de l'événement réfléchissent à des moyens de réduire la voilure des Jeux olympiques d'été, a déclaré, jeudi 4 juin, la gouverneure de la capitale nippone.

Yuriko Koike a expliqué que les responsables de Tokyo 2020 examinaient ce qui pourrait être "rationalisé et simplifié", alors que les coûts des premiers Jeux de l'histoire à être reportés augmentent. Les médias japonais ont évoqué une cérémonie d'ouverture d'envergure réduite et un nombre de spectateurs limité.

Le Comité international olympique (CIO) avait annoncé fin mars le report du plus grand événement sportif au monde en raison de la pandémie du nouveau coronavirus, qui a déjà tué des centaines de milliers de personnes dans le monde et quasiment mis à l'arrêt les déplacements internationaux ces derniers mois.

Éviter une annulation pure et simple

Les Jeux doivent à présent débuter le 23 juillet 2021, mais les organisateurs sont face à un casse-tête inédit de réorganisation systématique des sites, des hébergements et des transports.

Le quotidien Yomiuri Shimbun rapportait jeudi en citant des sources proches du dossier que tout le monde (athlètes, responsables officiels et spectateurs) serait obligé de subir un test de détection du coronavirus. "La priorité absolue est d'éviter le pire scénario, celui d'une annulation des Jeux", a dit au quotidien une source gouvernementale japonaise.

Le porte-parole de Tokyo 2020, Masa Takaya, a refusé de livrer des précisions jeudi lors d'une conférence de presse, affirmant que des discussions sur des mesures contre le coronavirus auraient lieu "à partir de cet automne".

2021, la dernière chance

Le patron du CIO Thomas Bach avait déclaré le mois dernier que 2021 serait la "dernière option" pour organiser les JO de Tokyo, soulignant qu'ils ne pouvaient être reportés une fois de plus.

Il avait refusé de dire si l'existence d'un vaccin serait une condition pour la tenue des Jeux olympiques mais s'était montré peu enthousiaste à l'idée de les organiser sans spectateurs.

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a lui jugé "difficile" d'organiser les Jeux tant que la pandémie ne serait pas jugulée. Quant à Yoshiro Mori, président de Tokyo 2020, il a aussi déclaré que le plus grand rassemblement sportif du monde serait annulé si la pandémie n'était pas sous contrôle d'ici là.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine