En Libye, succès majeur du GNA face aux troupes du maréchal Haftar

Les forces progouvernementales ont annoncé, le 5 juin 2020, avoir pris le contrôle de l'ensemble de l'ouest de la Libye, infligeant une défaite cinglante aux troupes du maréchal Khalifa Haftar.
Les forces progouvernementales ont annoncé, le 5 juin 2020, avoir pris le contrôle de l'ensemble de l'ouest de la Libye, infligeant une défaite cinglante aux troupes du maréchal Khalifa Haftar. © Mahmud Turkia, AFP

Les forces progouvernementales ont annoncé, vendredi, avoir pris le contrôle de l'ouest de la Libye, infligeant une cinglante défaite aux troupes rivales du maréchal Khalifa Haftar.

Publicité

C'était leur dernier fief dans cette région. Les forces progouvernementales ont annoncé, vendredi 5 juin, avoir pris le contrôle de l'ensemble de l'ouest de la Libye, infligeant une défaite cinglante aux troupes rivales du maréchal Khalifa Haftar. 

"Nos forces héroïques ont étendu leur contrôle sur toute la ville de Tarhouna, après avoir anéanti les milices terroristes de Haftar", à 80 km au sud de la capitale Tripoli, a annoncé Mohamad Gnounou, porte-parole des forces du Gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU.

La perte de Tarhouna marque un tournant dans le conflit opposant les deux camps depuis le lancement, par le maréchal Haftar en avril 2019, d'une offensive pour s'emparer de Tripoli.

"Redéploiement" des troupes hors de Tripoli

Le conflit a connu ces derniers mois une implication croissante de puissances étrangères. Le soutien militaire accru de l'allié turc a notamment permis au GNA d'enregistrer une série de succès. Homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar a quant à lui été appuyé par l'Égypte, les Émirats arabes unis et la Russie.

Depuis mercredi, le GNA a annoncé successivement la prise de l'aéroport international de Tripoli, hors service depuis 2014, le contrôle total des frontières administratives du Grand Tripoli, et la prise de Tarhouna.

Sans confirmer directement les deux premiers revers, Ahmad al-Mesmari, porte-parole du maréchal Haftar, a fait état, jeudi, d'un "redéploiement" des troupes hors de Tripoli.

Il a invoqué "une initiative humanitaire destinée à arrêter l'effusion du sang du peuple libyen", et assuré que la décision de ce redéploiement avait été prise après "l'acceptation du commandement militaire de participer au comité militaire sous l'égide de l'ONU."

02:10

Mise en garde contre des représailles à l'encontre des civils

Mercredi, l'ONU a annoncé la reprise à Genève des négociations du comité militaire, qui comprend cinq membres pro-GNA et cinq pro-Haftar et qui vise à obtenir un cessez-le-feu. Ces négociations étaient suspendues depuis plus de trois mois.

Jusqu'à présent, toutes les précédentes tentatives destinées à établir un cessez-le-feu durable ont échoué.

Depuis l'offensive du maréchal Haftar, en avril 2019, des centaines de personnes, dont de nombreux civils, ont été tuées dans les violences et quelque 200 000 ont pris la fuite.

Des médias libyens ont montré le déploiement des pro-GNA à Tarhouna appelés à sécuriser les lieux. Le commandement des pro-GNA a mis en garde ses troupes contre "les actes de représailles, les pillages ou les destructions" dans la ville.

Selon l'ONG Amnesty International, "des crimes de guerre et autres violations auraient été commis par les belligérants (...) lors des affrontements près de Tripoli" d'avril à fin mai. "Les civils paient une fois de plus le prix, alors que les parties (en conflit) multiplient représailles et violations", a dit l'ONG.

Elle a mis en garde contre des représailles à l'encontre des civils associés aux camps rivaux et appelé la Turquie, la Russie et les Émirats "à cesser de violer l'embargo sur les armes imposé par l'ONU" à la Libye.

Le chef du GNA, déterminé à "vaincre l'ennemi"

Après les derniers revers, des commandants pro-Haftar se sont enfuis vers l'aéroport de Bani Walid, ville contrôlée par des tribus locales à 170 km au sud-est de Tripoli, selon des sources pro-GNA.

En lançant son offensive, le maréchal Haftar tablait sur une victoire rapide mais les combats s'étaient rapidement enlisés.

Appuyé localement par les groupes armés de l'Ouest libyen, principalement ceux de Misrata, le GNA contrôle désormais l'ensemble de l'ouest du pays.

Le maréchal Haftar contrôle l'Est, dont la plupart des terminaux pétroliers, bloqués par ses forces depuis le début de l'année, ainsi qu'une partie du Sud.

En déplacement jeudi à Ankara, le chef du GNA Fayez al-Sarraj s'est dit déterminé "à vaincre l'ennemi" et à poursuivre "le combat".

La Russie s'est dit, elle, "profondément préoccupée par les développements" en Libye. Pour Wolfram Lacher, chercheur à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (SWP), les revers du maréchal Haftar "montrent à quel point l'aide étrangère est devenue décisive pour les deux parties".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine