Accéder au contenu principal

L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos visé par une enquête pour corruption liée à l'Arabie saoudite

L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos lors des commémorations des 40 ans de la Constitution espagnole , en décembre 2018, à Madrid.
L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos lors des commémorations des 40 ans de la Constitution espagnole , en décembre 2018, à Madrid. AFP - OSCAR DEL POZO
3 mn

La Cour suprême espagnole a annoncé l'ouverture d'une enquête pour établir si l'ancien roi Juan Carlos a une responsabilité pénale dans une affaire de corruption présumée quand l'Arabie saoudite avait confié à un consortium espagnol la construction du TGV entre la Mecque et Médine.

Publicité

Son règne avait déjà été terni par des scandales. Sa retraite risque également d'être perturbée par les affaires. L'ancien roi d'Espagne Juan Carlos fait l'objet d'une enquête pour corruption sur des faits survenus après son abdication en 2014, a annoncé le 8 juin la Cour suprême espagnole.

L'ex-monarque est soupçonné d'avoir encaissé une commission pour la concession d'un contrat de 6,7 milliards d'euros pour la construction d'une train à grande vitesse entre La Mecque et Médine à un consortium d'entreprises espagnoles. "Il s'agirait d'un éventuel délit de corruption dans les transactions commerciales internationales", avait alors signalé le parquet.

Le quotidien suisse Tribune de Genève a affirmé début mars que Juan Carlos avait reçu, en 2008, 100 millions de dollars du roi Abdallah d'Arabie saoudite, sur un compte en Suisse d'une fondation panaméenne. Le même mois, le quotidien The Daily Telegraph rapportait que Felipe VI, le roi actuel et fils de Juan Carlos, était également bénéficiaire de cette fondation.

Maîtresse, immunité et "exemplarité" 

Après la publication de ces articles, Felipe VI a retiré à son père une dotation annuelle du Palais royal évaluée à plus de 194 000 euros par an. Puis il a annoncé qu'il renonçait à l'héritage de son père "afin de préserver l'exemplarité de la Couronne". 

Le dossier contre son père avait été ouvert en septembre 2018, à la suite de la publication d'enregistrements de l'ancienne maîtresse de Juan Carlos, Corinna Zu Sayn-Wittgenstein où elle l'accusait de corruption. Mais en vertu de l'immunité dont ce dernier bénéficie, seule la Cour suprême peut chercher à cerner la responsabilité de l'ancien monarque aujourd'hui âgé de 82 ans, et uniquement pour des faits commis après son abdication.

"Cette enquête vise précisément à établir ou écarter la pertinence (d'une poursuite) pénale des faits survenus après le mois de juin 2014, date à laquelle le roi émérite a cessé d'être protégé par l'inviolabilité", a ajouté le parquet dans un communiqué.

Avec AFP 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.