Le Mans et Orléans devant le CNOSF cette semaine

Publicité

Rennes (AFP)

Le Mans et Orléans, relégués en National après le refus de la Fédération française de football (FFF) d'une Ligue 2 à 22 clubs, se défendront cette semaine devant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF).

Le président du Mans, Thierry Gomez, avait annoncé la semaine dernière qu'un recours était imminent. Il a bien été déposé et une audience est prévue jeudi, a expliqué le club lundi à l'AFP.

De son côté, le président d'Orléans, Philippe Boutron, a annoncé samedi que son club avait aussi déposé un recours et qu'il devait passer devant le conciliateur du CNOSF "en milieu de semaine".

Pour éviter la relégation des deux clubs, la Ligue professionnelle de football (LFP) avait accepté l'idée d'une Ligue 2 à 22 la saison prochaine, mais la FFF s'y est opposée en faisant valoir qu'une telle mesure risquait d'avoir une incidence sur les nombreux recours déposés par des clubs contestant leur relégation à d'autres échelons.

Mais Le Mans et Orléans soulignent que la convention entre la FFF et la LFP, reconduite pour 2020-2024, prévoit que la L2 puisse compter jusqu'à 22 équipes.

"Le Comex (de la FFF) a rejeté cette décision en mettant en avant l'intérêt supérieur du football. L'objectif de notre recours, c'est de savoir ce qu'est l'intérêt supérieur du football", a expliqué M. Boutron.

Le président d'Orléans s'est aussi dit "très surpris que la fédération n'ait pas pris en compte la dimension économique de la situation".

La fin anticipée de la saison 2019/2020 a déjà fait perdre 800.000 euros de recettes au club. Et la relégation en National va faire passer le budget "qui était à près de 10 millions cette année à 5 millions l'an prochain", a-t-il expliqué.

Le CNOSF doit émettre un avis qu'il transmettra à la FFF. Ensuite, "le recours ultime c'est d'aller au Conseil d'Etat, ce qui serait avant la fin juin", a expliqué M. Boutron, en promettant d'"aller au bout de la démarche".

Dans le même temps, les deux clubs se préparent pour une prochaine saison en National.

"Si dans quinze jours, un mois, on est repêchés, ne vous inquiétez pas on saura s'adapter. Mais aujourd'hui, on est en National (...). Il faut l'accepter (...). Ça va être un championnat compliqué, dur, il va falloir s'y préparer", insistait M. Gomez la semaine dernière.