Accéder au contenu principal

Le président sortant du Burundi Pierre Nkurunziza est mort

Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza est mort à l'age de 55 ans.
Le président du Burundi, Pierre Nkurunziza est mort à l'age de 55 ans. © Siboniyo Guy-Clovis, Reuters
|
Vidéo par : Florent RODO
3 min

Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, est mort, victime d'une attaque cardiaque, annonce mardi le gouvernement burundais sur Twitter. Selon le quotidien généraliste belge Le Soir, il était hospitalisé à l’hôpital de Karusi, dans le centre du pays.

Publicité

Le président burundais, Pierre Nkurunziza, est décédé lundi à l'âge de 55 ans des suites d'un "arrêt cardiaque", a annoncé mardi 9 juin la présidence burundaise dans un communiqué.

"Le gouvernement de la République du Burundi annonce avec une très grande tristesse aux Burundais et à la Communauté internationale le décès inopiné de son Excellence Pierre Nkurunziza, Président de la République du Burundi, survenu à l'hôpital du Cinquantenaire de Karuzi, suite à un arrêt cardiaque", indique le communiqué.

Arrêt cardiaque 

Le texte détaille les derniers jours du président Nkurunziza : après avoir assisté à un match de volley-ball le samedi 6 juin, il a dans la nuit du 6 au 7 ressenti un malaise et "s'est vite rendu à l'hôpital".

"Le dimanche, son état de santé s'est amélioré et il s'est entretenu avec les personnes qui étaient à côté de lui", poursuit le communiqué.

"À la très grande surprise" de chacun, dans la matinée "du lundi 8 juin 2020, son état de santé a brusquement changé avec un arrêt cardiaque".

"Malgré une prise en charge intense, continue et adaptée, l'équipe médicale n'a pas pu récupérer le patient", ajoute le communiqué, précisant que l'équipe médicale pluridisciplinaire a tenté pendant "plusieurs heures" de le réanimer.

Evariste Ndayishimiye investi en août

Pierre Nkurunziza présidait aux destinées du Burundi, l'un des pays les plus pauvres de la planète, depuis 2005. Le 20 mai, son successeur et dauphin désigné, Evariste Ndayishimiye, a été élu pour le remplacer à la tête de l'État, Pierre Nkurunziza ayant décidé de ne pas se représenter. Son mandat devait se terminer en août.

Sa candidature à un troisième mandat très controversé en 2015 avait plongé son pays dans une crise politique majeure qui a fait plus de 1 200 morts et contraint 400 000 Burundais à l'exil.

Nicolas Germain : "La mort de Pierre Nkurunziza change la donne politique au Burundi"

L'élection présidentielle du 20 mai s'est tenue en dépit de l'épidémie de nouveau coronavirus : des milliers de partisans avaient afflué aux meetings de campagne et le jour du scrutin, les électeurs se pressaient les uns contre les autres dans les files d'attente, sans véritable mesure de prévention.

Deuil national de sept jours

On ignorait mardi si l'arrêt cardiaque auquel a succombé Pierre Nkurunziza est consécutif à une infection au Covid-19. L'épouse de Pierre Nkurunziza avait récemment été admise à Nairobi pour y être soignée, certaines sources à Bujumbura affirmant qu'elle avait contracté le nouveau coronavirus.

Dans son communiqué, le gouvernement a annoncé un deuil national de sept jours à compter de mardi. Élu en mai, le futur président Évariste Ndayishimiye doit être investi en août. 

FR NW GRAB HUGEUX Q2 DE 19H POUR 21H

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.