Accéder au contenu principal

Covid-19 : le Brésil, deuxième pays le plus endeuillé, une nouvelle vague redoutée

Sur ce graffiti, à Rio de Janeiro, un homme en tenue de protection pulvérise du virus sur le visage du président brésilien Jair Bolsonaro.
Sur ce graffiti, à Rio de Janeiro, un homme en tenue de protection pulvérise du virus sur le visage du président brésilien Jair Bolsonaro. © Sergio Moraes, Reuters

Le Brésil est devenu le deuxième pays du monde le plus endeuillé par la pandémie, derrière les États-Unis. Si l'Amérique latine est toujours le nouvel épicentre de la pandémie, dans plusieurs pays du monde, une hausse des contaminations est à l'oeuvre, faisant craindre l'arrivée d'une deuxième vague.  

Publicité

Avec 41 828 décès recensés depuis le début de l'épidémie, le Brésil a dépassé le Royaume-Uni en nombre de morts du coronavirus. Le plus grand pays d'Amérique latine, géant de 212 millions d'habitants, est aussi le deuxième de la planète en termes de nombre de contaminations enregistrées. Il est suivi par les États-Unis, qui dénombrent 828 810 cas.

"La situation du Brésil est inquiétante, l'ensemble des États sont affectés", a déclaré vendredi Mike Ryan, le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

"Le système de santé n'est pas totalement saturé, mais dans certaines régions il y a une forte pression sur l'occupation des lits de soins intensifs", a-t-il ajouté.

>> À lire aussi : L'Amérique latine à bout de souffle dans la lutte contre le Covid-19

Toujours en Amérique latine, nouvel épicentre de la pandémie, le Mexique et le Chili ont enregistré vendredi leurs pires chiffres quotidiens. Le Mexique totalise plus de 15 000 décès depuis le début de l'épidémie et le Chili 2 870.

Et au Honduras, le professeur Marco Tulio Medina, de l'Université Nationale, a souligné que le système hospitalier du pays se trouvait "au bord de l'effondrement".

"Même dans mes pires cauchemars, je n'aurais pas cru vivre ça", a déclaré la directrice de l'hôpital Cardiovasculaire, Nora Maradiaga, lors d'une interview avec la chaîne de télévision locale HCH. Soixante-neuf patients malades du coronavirus admis dans son établissement y sont déjà décédés.

Forte hausse des cas aux États-Unis et en Afrique du Sud

Après avoir atteint un plateau, aux États-Unis, où l'on dénombre plus de 114 000 décès, plusieurs États où l'activité a redémarré dès avril enregistrent une affluence de nouveaux malades. La possibilité d'une deuxième vague de contaminations suscite des inquiétudes. 

Pour autant, "nous ne pouvons pas fermer l'économie de nouveau", a prévenu le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin.

Même scénario en Afrique du Sud où le nombre de nouveaux cas a bondi de plus de 10 000 en un jour, atteignant près de 62 000 vendredi, une semaine après le relâchement du confinement.

Un nouveau foyer en Chine

La crainte d'une nouvelle vague de contaminations surgit d'autant plus que les autorités chinoises ont ordonné samedi le confinement en urgence de onze quartiers de Pékin, après l'apparition d'un nouveau foyer de coronavirus. 

De son côté, la Russie a fait état samedi de 8 706 nouvelles contaminations au nouveau coronavirus, portant le total à 520 129 cas depuis le début de l'épidémie.

Selon les autorités russes, 114 personnes sont mortes des suites du Covid-19 en l'espace de 24 heures pour un total de 6 829 décès.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.