Le football reprend en Italie, la Juventus en finale de la coupe nationale

La star portugaise de la Juventus Cristiano Ronaldo tente d'échapper au milieu de terrain brésilien de l'AC Milan Paqueta en demi-finale de la Coupe d'Italie à Turin, le 12 juin 2020.
La star portugaise de la Juventus Cristiano Ronaldo tente d'échapper au milieu de terrain brésilien de l'AC Milan Paqueta en demi-finale de la Coupe d'Italie à Turin, le 12 juin 2020. © Miguel Medina, AFP

Après plus de trois mois d'arrêt des compétitions à cause de l'épidémie de Covid-19, l'Italie a retrouvé son football avec le match Juventus - AC Milan, vendredi. La Vieille Dame s'est qualifiée pour la finale de la coupe nationale.

Publicité

Pas de but et un spectacle moyen : voilà le bilan du match disputé, vendredi 12 juin, entre la Juventus et l'AC Milan pour la demi-finale retour de la Coupe d'Italie. Ce match signifiait surtout le retour du football dans le pays après plus de trois mois d'arrêt des compétitions. 

La Vieille Dame et les Rossoneri n'ont pas fait mieux qu'un 0-0 à Turin. Un score suffisant pour la Juventus pour aller en finale de la coupe nationale (1-1 au match aller).

Il y a peu à dire sur le match. L'essentiel s'est déroulé entre la 15e et la 17e minute. La Juventus a obtenu un penalty raté par Cristiano Ronaldo, auteur d'un match très moyen. Mais dans la minute suivante, Rebic a été expulsé pour un geste de kung-fu sur Danilo et, à 10 contre 11, Milan n'a jamais été en mesure de marquer le but qui lui aurait permis de renverser la situation.

La Vieille Dame jouera dès mercredi sa finale à Rome, soit contre Naples soit contre l'Inter Milan, qui s'affrontent samedi au stade San Paolo (victoire 1-0 des Napolitains à l'aller).

Minute de silence pour les victimes du Covid-19

D'ici le 2 août et la fin prévue du championnat, il y aura désormais des matches tous les jours ou à peu près, et probablement plus de folie sur les terrains. Mais le calcio a repris son cours dans un pays qui compte plus de 34 000 morts à cause du Covid-19

Ce retour a longtemps semblé impossible, notamment en avril, quand chaque journée se terminait par le bilan de la Protection Civile, toujours plus lourd, jusqu'à plus de 900 morts par jour. Mais la situation sanitaire s'est améliorée et après l'Allemagne et l'Espagne, l'Italie a donc été le troisième grand pays européen à retrouver le football.

Avant le match, disputé à huis clos, les joueurs et les membres du staff ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la pandémie. Ils ont ensuite applaudi longuement trois représentants du personnel soignant présents au centre du terrain.

Sur le maillot de l'AC Milan, un badge avait été apposé, dédié aux médecins, infirmiers, ambulanciers et volontaires qui ont lutté contre le virus. Sur ce badge figuraient un arc-en-ciel et la phrase "andra tutto bene" (tout ira bien, NDLR), deux des symboles de l'Italie du confinement.

"Il manque le 12e homme"

À l'extérieur, une poignée de tifosi étaient venus en fin d'après-midi autour du stade goûter l'atmosphère étrange de ce football revenu sans leur faire de place à eux, les supporters.

"Ça ne me plait pas que les fans doivent rester dehors. Maintenant que le foot reprend, j'espère que les tifosi vont pouvoir revenir. Même 20 ou 30 % seulement de la capacité, ça aurait été bien", regrettait ainsi Michele Di Miccoli, un retraité de 68 ans interrogé avant le match.

Mais Carmine Tiani, 68 ans lui aussi, se disait en revanche "content que ça reprenne". "C'est un peu triste sans les tifosi. Il manque le 12e homme. Mais il fallait reprendre, d'une façon ou d'une autre. Il faut finir le championnat, savoir qui va en Europe, qui va en Serie B", a-t-il expliqué.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine