Un accrochage militaire à la frontière entre la Chine et l'Inde fait 20 morts

Une vue du lac Pangong, dans la région du Ladakh, à la frontière entre la Chine et l'Inde, le 14 septembre 2018.
Une vue du lac Pangong, dans la région du Ladakh, à la frontière entre la Chine et l'Inde, le 14 septembre 2018. © Prakash Singh, AFP

L'armée indienne a annoncé, mardi, la mort de vingt de ses soldats lors d'un accrochage avec les forces chinoises dans une zone frontalière de l'Himalaya, depuis longtemps à l'origine de tensions entre les deux pays.

Publicité

C'est le premier accrochage militaire meurtrier en 45 ans entre les deux géants asiatiques. Dans la nuit de lundi à mardi 16 juin, vingt soldats indiens ont péri dans une confrontation avec l'armée chinoise sur la frontière disputée au Ladakh, dans le nord de l'Inde.

L'armée indienne a d'abord annoncé, mardi 16 juin, la mort d'un officier et de deux soldats, évoquant des morts "des deux côtés". En soirée, elle a fait état de dix-sept autres "grièvement blessés au champ d'honneur" qui avaient "succombé à leurs blessures".

La Chine a elle évoqué des "morts et blessés", sans toutefois préciser dans quel camp, et accusé l'Inde d'être responsable de l'incident.

Le ministère indien des Affaires étrangères a répliqué par la voix de son porte-parole Anurag Srivastava, attribuant la responsabilité de l'affrontement à la Chine à travers "une tentative de changer unilatéralement le statu quo" à la frontière.

Les États-Unis, qui coopèrent de plus en plus étroitement avec l'Inde, ont dit espérer que les deux pays parviennent à régler pacifiquement leurs différends. "Nous soutenons une solution pacifique à la situation actuelle", a déclaré un porte-parole du département d'État américain.

Des confrontations de plus en plus fréquentes

Les dernières semaines ont été émaillées de plusieurs incidents au niveau de cette zone de l'Himalaya occidental, qui n'avaient cependant fait aucune victime jusqu'ici.

Les confrontations dans des zones montagneuses entre armées indienne et chinoise sont devenues plus fréquentes ces dernières années, ce que l'administration Trump interprète comme le signe d'une agressivité chinoise croissante dans la région. Aucune balle n'a été tirée au-dessus de la frontière disputée depuis 1975.

Les deux géants asiatiques se disputent de larges portions de territoires le long de leur frontière himalayenne, longue de 3 500 kilomètres, et tracée après leur courte guerre de 1962. Les troupes indiennes ont alors été rapidement défaites par l’armée chinoise.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine