Accéder au contenu principal

Bob Dylan signe un nouvel album original

Bob Dylan, ici lors d'un concert en France en juillet 2012, a sorti son premier album original depuis huit ans, "Rough and Rowdy Ways", vendredi 19 juin 2020.
Bob Dylan, ici lors d'un concert en France en juillet 2012, a sorti son premier album original depuis huit ans, "Rough and Rowdy Ways", vendredi 19 juin 2020. © Fred Tanneau, AFP Archives
3 min

Le musicien de légende Bob Dylan, prix Nobel de Littérature en 2012, a sorti vendredi son premier album de chansons originales depuis huit ans. L'artiste, âgé de 79 an,s y évoque notamment le massacre de Tulsa qui a vu quelque 300 Afro-Américains se faire massacrer par une foule blanche en 1921.

Publicité

"Rough and Rowdy Ways" : tel est le titre du 39e album studio de Bob Dylan, le premier album du lauréat du prix Nobel de littérature depuis "Tempête" en 2012, même si l'artiste a sorti plusieurs albums de reprises dans l'intervalle. Sur cet album rendu public vendredi 19 juin se trouvent notamment une ballade de 17 minutes sur l'assassinat de John Kennedy et un hommage au chanteur américain de blues, Jimmy Reed. 

Ce nouvel opus, qui paraît 58 ans après le premier de Bob Dylan, mêle des sons blues, rock et folk avec des paroles oscillant entre humour noir et évocations nostalgiques des fantômes du passé, le tout chanté d'une voix rocailleuse. "Murder Most Foul", morceau fleuve, qui retrace l'assassinat de John Kennedy à Dallas tout en décrivant l'évolution de la contre-culture américaine des années 60, s'est hissé au top du classement Billboard dès sa sortie en mars. 

La chanson convoque notamment le souvenir de nombreux artistes mythiques de l'époque comme the Eagles, Charlie Parker, Stevie Nicks, Woodstock et les Beatles. 

Bob Dylan, 79 ans, évoque aussi le massacre racial de 1921 à Tulsa dans Oklahoma où jusqu'à 300 personnes noires ont perdu la vie. Le chanteur engagé a souvent fait référence à la brutalité policière et au racisme dans ses titres les plus connus des années 1960 et 1970, telle la chanson "Hurricane" qui raconte la vie du boxeur noir Rubin Carter, condamné à tort en 1966 pour un triple meurtre. 

Interviewé la semaine dernière par le quotidien The New York Times sur la mort de George Floyd, Bob Dylan avait espéré que la justice agisse rapidement pour le bien de la famille de la victime et de la nation américaine. 

Une vie de concerts 

Dans "False Prophet", deuxième morceau de l'album d'une durée de six minutes, l'artiste se moque avec malice de sa propre légende. "I ain't no false prophet (Je ne suis pas un faux prophète) / I just said what I said (J'ai dit ce que j'ai dit) / I'm just here to bring vengeance on somebody's head (Je suis juste ici pour venger quelqu'un)", chante-t-il.  

Cet album est "sans doute sa plus belle expression poétique à ce jour", selon le magazine de musique britannique NME. Le magazine Rolling Stone a lui qualifié l'opus de "classique absolu". 

En dépit de son âge, Bob Dylan, né Robert Allen Zimmerman, a passé les trois dernières décennies de sa vie en tournée quasi-permanente. Il avait ainsi assuré en avril 2017 le concert d'inauguration de la Seine musicale, située sur l'île Seguin, tout près de Paris.

La pandémie de coronavirus l'a forcé à annuler une série de dates de concert au Japon et en Amérique du Nord au printemps et cet été, mais le chanteur a promis de reprendre la scène dès qu'il serait possible de le faire en toute sécurité. 

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.