JO: deux phases de qualification pour les nageurs français

Publicité

Paris (AFP)

La sélection olympique pour les Jeux de Tokyo, reportés à l'été 2021 par la pandémie de coronavirus, se déroulera en deux phases pour les nageurs français, selon les critères dévoilés par la Fédération française de natation (FFN) vendredi.

Dans un premier temps, les nageurs auront une période d'un peu plus de trois mois, du 10 décembre au 21 mars, pour réaliser un temps exigeant, correspondant à une entrée en finale olympique. Par exemple, 21 sec 80 pour le 50 m convoité par Florent Manaudou.

Ce long trimestre s'articulera autour de trois échéances principales, mais non exclusives : des Championnats de France en grand bassin exceptionnellement programmés en décembre, du 10 au 13 à Saint-Raphaël, et deux meetings, à Nice du 5 au 7 février, et à Marseille, du 19 au 21 mars.

Si un nageur réalise le chrono fixé par la FFN au cours de cette période, il empochera un sésame olympique, dans la limite d'un qualifié par course.

Dans un second temps, la qualification olympique se jouera - comme c'est le cas traditionnellement - lors des Championnats de France en grand bassin qui précèdent les JO. Ils seront toutefois plus tardifs l'année prochaine, du 15 au 20 juin à Chartres, à tout juste cinq semaines du rendez-vous tokyoïte.

Au titre de sa médaille individuelle remportée aux Mondiaux-2019, le bronze du 800 m, David Aubry est lui assuré d'obtenir un billet olympique, à condition de nager aux Championnats de France 2021.

Les nageurs français ont progressivement retrouvé les bassins depuis fin mai-début juin. Ils n'avaient plus vraiment d'échéances à court ou moyen terme jusque-là, après le report d'un an des JO-2020, puis ceux des Championnats d'Europe en grand bassin et des Championnats du monde en petit bassin, également repoussés en 2021.