Procurations à Marseille: la direction de l'Ehpad dément toute implication

Publicité

Marseille (AFP)

La direction du groupe auquel appartient un Ehpad de Marseille où des procurations avaient été faites pour les municipales pour une cinquantaine de résidents, à leur insu selon des familles, a démenti vendredi toute implication dans l'établissement de ces documents.

"Nous réitérons qu’à aucun moment la direction de l'établissement n'a organisé le vote par procuration, celle-ci étant alors occupée à préserver les résidents de la crise du Covid-19 qui s'annonçait", déclare dans un communiqué transmis à l'AFP la direction générale du groupe Univi, auquel appartient l'Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) Saint-Barnabé.

Au total, des procurations ont été établies pour une cinquantaine de résidents de l'établissement qui compte 130 places dont 15 pour des personnes atteintes d'Alzheimer, selon les listes d'émargement consultées par l'AFP.

Mercredi soir, France 2 avait diffusé des témoignages de proches de résidents de cette maison de retraite, qui découvraient que des procurations avaient été établies à leur insu, et alors même que certains sont atteints de maladies neurodégénératives comme Alzheimer.

"C'est pitoyable", a réagi hier auprès de l'AFP le fils d'une des résidentes âgée de 89 ans, qui a découvert il y a quelques jours qu'une procuration avait été faite pour sa mère atteinte "de démence sénile". "Je ne connais pas le nom de la personne à qui a été donnée la procuration, mais c'est impossible que ma mère ait fait cela".

Jeudi, les enquêteurs ont commencé à auditionner les 51 résidents concernés ainsi que les salariés de l'établissement marseillais, précise la direction du groupe Univi. Estimant que l'Ehpad "subit aujourd'hui un préjudice lié à la possible dégradation de son image", la direction générale du groupe prévoit un dépôt de plainte contre X.

La campagne électorale avait déjà été bousculée vendredi dernier par l'ouverture d'une enquête préliminaire sur des soupçons de fraude. Les enquêteurs se penchent sur l'établissement de procurations pour le second tour dans le camp de la candidate LR à la mairie, Martine Vassal, selon une procédure "simplifiée" mais qui pourrait être illégale.