Accéder au contenu principal

Emmanuel Macron dénonce un "jeu dangereux" de la Turquie en Libye

Le président français Emmanuel Macron salue le président tunisien Kais Saied à l'Élysée, à Paris, le 22 juin 2020.
Le président français Emmanuel Macron salue le président tunisien Kais Saied à l'Élysée, à Paris, le 22 juin 2020. © Ludovic Marin, AFP

La Turquie joue un "jeu dangereux" en Libye, a estimé lundi Emmanuel Macron. Le président français a exhorté une nouvelle fois tous les parties prenantes au conflit à la "responsabilité" et réclamé la fin des ingérences étrangères et des "actes unilatéraux".

Publicité

Le président français Emmanuel Macron a dénoncé, lundi 22 juin, le "jeu dangereux" de la Turquie en Libye, soulignant une menace directe pour la région et pour l'Europe.

"Je considère aujourd'hui que la Turquie joue en Libye un jeu dangereux et contrevient à tous ses engagements pris lors de la conférence de Berlin", a-t-il lancé à l'issue d'un entretien avec son homologue tunisien Kaïs Saïed à l'Élysée.

"La France et la Tunisie demandent ensemble que les belligérants cessent le feu et tiennent leur engagement de reprendre la négociation engagée dans le cadre des Nations unies en vue de restaurer la sécurité de tous, de procéder à la réunification des institutions libyennes et d’engager la reconstruction au bénéfice de tous les Libyens".

Tensions entre Paris et Ankara

"C’est un chemin difficile qui nécessite que chacun fasse preuve de responsabilité, que cessent les ingérences étrangères et les actes unilatéraux de ceux qui prétendent gagner de nouvelles positions à la faveur de la guerre", a-t-il poursuivi.

La Turquie intervient militairement en Libye en soutien au gouvernement d’entente nationale (GEN), reconnu par la communauté internationale, face à l’offensive du maréchal Haftar, l’homme fort de l’Est libyen.

Ce soutien turc, qui s’ajoute à l’appui de Moscou à Khalifa Haftar, fait grincer des dents et suscite l’inquiétude de l’ONU et des pays engagés ces dernières années dans la médiation visant à sortir le pays du chaos et à aboutir à un cessez-le-feu durable entre les deux camps rivaux.

Libye : l'Egypte menace d'intervenir militairement dans le pays 2

"Mort cérébrale" de l'OTAN

La tension est notamment montée d'un cran ces derniers jours entre Ankara et Paris, les deux s'accusant mutuellement de contribuer à la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays divisé en deux et plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011.

À l'issue de l'entretien avec son homologue tunisien, Emmanuel Macron a conclu que les récents incidents navals qui ont opposé la France et la Turquie en Méditerranée, objets d'une enquête à l'OTAN, constituent "l'une des plus belles démonstrations qui soient" de "la mort cérébrale" de l'OTAN, jugeant la situation "intolérable".

AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.