Déconfinement : les cinémas français rouvrent leurs portes

Des spectateurs applaudissent avant la projection du film "Les Parfums", le 21 juin 2020 à Paris, suite à la réouverture des salles de cinéma avec l'assouplissement des mesures de confinement.
Des spectateurs applaudissent avant la projection du film "Les Parfums", le 21 juin 2020 à Paris, suite à la réouverture des salles de cinéma avec l'assouplissement des mesures de confinement. © Abdulmonam Eassa, AFP

Les salles de cinéma ont rouvert leurs portes, lundi, aux cinéphiles français "dans le respect de règles sanitaires strictes", après trois mois d'inactivité à cause du coronavirus, et une perte de près 400 millions d'euros.

Publicité

À l'issue de plus de trois mois de fermeture, la grande majorité des 2 000 cinémas français ont rouvert leurs portes, lundi 22 juin, pour le plus grand bonheur des cinéphiles, malgré de nouvelles règles sanitaires liées au déconfinement.

Fauteuils libres de chaque côté des spectateurs ou groupes (familles, couples...), séances espacées pour éviter de se croiser, flux de circulation organisés et distance d'au moins un mètre dans les files d'attente, port du masque recommandé dans les halls et couloirs, vente de billets sur internet privilégiée ou désinfection régulière des locaux font partie des mesures mises en place, avec la volonté de rassurer les spectateurs.

Une perte de près de 400 millions d'euros

Pour l'ensemble des exploitants de salles, la crise et l'arrêt de l'activité en raison de l'épidémie de Covid-19 représentent selon une estimation de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) près de 60 millions d'entrées perdues (de début mars à fin juin par rapport aux années précédentes), soit une perte de près de 400 millions d'euros.

Selon un sondage Médiamétrie publié la semaine dernière, 18,7 millions de Français déclarent avoir l'intention d'aller au cinéma dans les quatre prochaines semaines, soit 45% des spectateurs de cinéma des 12 derniers mois, avec, une envie plus forte chez les habitués (75 %) et les Parisiens (59 %).

Un retour en salles sur lequel table aussi Isabelle Gibbal-Hardy, directrice du Grand Action dans le Quartier Latin, et présidente du réseau des Cinémas indépendants parisiens (CIP), qui fédère 28 salles de la capitale.

"On rouvre doucement et on s'attend à un retour de nos spectateurs en salles dès le départ", souligne celle qui se dit "raisonnablement optimiste", tout en reconnaissant que ce sera "une période laboratoire", pendant laquelle "la programmation ne sera pas identique à celle de d'habitude".

Car si de nombreux titres seront à l'affiche dès lundi, beaucoup seront des films déjà sortis avant le confinement et de retour sur les écrans, parmi lesquels "De Gaulle" de Gabriel Le Bomin ou la comédie "La Bonne épouse" de Martin Provost, avant de premiers blockbusters attendus fin juillet ("Mulan" de Niki Caro ou "Tenet" de Christopher Nolan).

01:50

Séance de minuit à Paris

Les cinéphiles les plus impatients se sont offert une séance dès 00 h 01, dans un cinéma de Saint-Lazare, pour fêter la réouverture lundi des salles obscures. À l'heure dite, une salve d'applaudissements a retenti. "Il n'y a pas de mot pour décrire ce que l'on ressent! Ça fait 99 jours qu'on vous attend", a lancé aux 120 spectateurs Louis Merle, directeur des 5 Caumartin (IXe).

À l'affiche : une avant-première de la comédie française "Les Parfums" de Grégory Magne avec Emmanuelle Devos et Grégory Montel (en salles le 1er juillet), qui conte les aventures d'une célèbre créatrice de parfums caractérielle et de son chauffeur, le seul à lui tenir tête.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine