Accéder au contenu principal

Affaire Cédric Chouviat : la famille réclame des actions du gouvernement

Sofia Chouviat, la fille de Cédric Chouviat, s'exprime le 23 juin 2020 à Paris pour dénoncer les manquements de l'État dans la mort de son père.
Sofia Chouviat, la fille de Cédric Chouviat, s'exprime le 23 juin 2020 à Paris pour dénoncer les manquements de l'État dans la mort de son père. © Bertrand Guay, AFP
3 min

Lors d’une conférence de presse mardi, la famille de Cédric Chouviat a interpellé le président Emmanuel Macron et le gouvernement. Elle leur demande d'interdire la clé d’étranglement, qui a été fatale au livreur en janvier dernier, et réclame à nouveau la suspension des policiers mis en cause.

Publicité

Beaucoup de questions et encore peu de réponses. Sofia Chouviat, la fille de Cédric Chouviat, décédé en janvier dernier après un contrôle de police, s'est exprimée mardi 23 juin lors d'une conférence de presse pour interpeller le président Emmanuel Macron. "On ne comprend toujours pas pourquoi [les quatre policiers] n'ont pas été suspendus, on ne comprend pas pourquoi la technique d'interpellation", une clé d'étranglement, "n'a toujours pas été interdite", a-t-elle déclaré avant d'ajouter : "On attend une réponse solennelle".

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé l'abandon futur de cette technique début juin, mais elle reste autorisée en attendant la définition d'une méthode alternative.

Remise en question des méthodes d'interpellation

"Derrière cette clé d'étranglement, il y a un état d'esprit, un mal-être" des policiers, a indiqué Doria Chouviat, la femme de la victime. "Pour Cédric, c'est trop tard, mais c'est une belle opportunité pour le gouvernement de ne plus céder au chantage des syndicats et faire des remises en questions" sur les méthodes d'interpellation et l'attitude de la police, a-t-elle ajouté lors d'une prise de parole de la famille et de leurs avocats.

Pour l'un d'entre eux, Me William Bourdon, il y a "un effet paradoxal et pervers du plaquage ventral" : "Quand on met quelqu'un au sol, il se débat car il suffoque et (...) les policiers, pris dans la mécanique de l'obsession de l'immobilisation, font de façon insensée l'inverse de ce qu'ils devraient faire" et s'acharnent au lieu de relâcher la pression.

"J'étouffe" : les quatre policiers disent ne pas avoir entendu

Le 3 janvier, Cédric Chouviat, un livreur en scooter de 42 ans, avait été victime d'un malaise cardiaque aux abords de la tour Eiffel après avoir été plaqué au sol, casque sur la tête, par trois policiers au terme d'un contrôle routier tendu, filmé par une quatrième fonctionnaire de police.

Transporté dans un état critique à l'hôpital, il était mort le 5 janvier des suites d'une asphyxie "avec fracture du larynx", selon les premiers éléments de l'autopsie communiqués par le parquet de Paris, qui avait ouvert une information judiciaire pour "homicide involontaire".

Selon une expertise judiciaire datée du 21 avril, Cédric Chouviat a répété à sept reprises "arrête", "je m'arrête", puis "j'étouffe" en une vingtaine de secondes lors de sa mise au sol par les policiers.

Les quatre policiers mis en cause "n'ont pas entendu" celui-ci répéter "j'étouffe" au moment de son interpellation, ont affirmé mardi leurs avocats. "Lorsque les enquêteurs de l'IGPN les ont confrontés à cet enregistrement", mercredi en garde à vue, "les policiers ont tous été surpris et catastrophés, car s'ils avaient entendu ces propos, évidemment ils se seraient aussitôt arrêté de lutter", a poursuivi Me Thibault de Montbrial, avocat de deux d'entre eux.

Il estime que ces propos sont audibles dans l'expertise du 21 avril parce qu'ils ont été "enregistrés par le casque-micro" du livreur. Il "avait le micro tout près de la bouche", assure-t-il.

L'expertise, révélée lundi par Le Monde et Mediapart et dont a eu connaissance l'AFP, "appuie l'hypothèse" de l'utilisation d'un casque-micro par Cédric Chouviat sans pouvoir "le certifier". Une information judiciaire est ouverte pour "homicide involontaire". Les quatre policiers sont convoqués début juillet par le magistrat instructeur.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.