Covid-19 en Russie : Poutine annonce une hausse de l'impôt sur les hauts revenus

Le président russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec des entrepreneurs à la résidence Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 26 mars 2020.
Le président russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre avec des entrepreneurs à la résidence Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 26 mars 2020. © Alexey Druzhnin, Sputnik, AFP

Le président russe Vladimir Poutine s'est adressé à la nation mardi pour mettre en garde sur la profonde crise économique à venir, annonçant des mesures de soutien supplémentaires mais aussi une hausse de l'impôt sur les hauts revenus.

Publicité

C'est un premier coup de canif au taux d'imposition unique de 13 % dont Russie était fière. Vladimir Poutine a annoncé, mardi 23 juin dans une allocution télévisée, que les revenus supérieurs à 5 millions de roubles (64 240 euros au taux actuel) seront imposés à 15 % dès 2021. Il a aussi prolongé les aides et subventions aux foyers les plus affectés par la crise économique.

Cette taxe sur les hauts revenus intervient aussi à une semaine d'une référendum constitutionnel devant lui permettre de se maintenir au pouvoir au-delà de 2024. Le président a mis en garde sur les conséquences économiques de la pandémie, les qualifiant de "sérieux défi pour la Russie".

"Une récession mondiale a commencé, une chute de l'économie mondiale dont toutes les conséquences et la profondeur restent à établir", a-t-il dit.  

La Russie a "sauvé des dizaines de milliers de vies"

Mais le président s'est également félicité de la performance de la Russie face à l'épidémie : en fermant rapidement les frontières, le pays a "gagné du temps précieux" et "sauvé des dizaines de milliers de vies", a affirmé Vladimir Poutine, précisant que 17 millions de tests du Covid-19 avaient été effectués. Le pays a enregistré, au 23 juin, 599 705 cas et 8 359 morts du coronavirus.

Le pays a expliqué ses chiffres de mortalité faibles, comparés aux pays occidentaux, par le fait qu'elle ne comptait que les décès dont la cause première, après autopsie, est le coronavirus.

Le pays a indiqué fin mai qu'il allait revoir ses méthodes de comptage en suivant les recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé, qui plaide pour une comptabilisation des causes annexes ou des cas suspects. Les autorités russes soutiennent aussi que l'épidémie étant arrivée plus tard en Russie, le pays a eu le temps de préparer ses hôpitaux et de développer une politique massive de dépistage.

"Restaurer le marché du travail en 2021"

Vladimir Poutine a annoncé mardi de nouvelles subventions et aides aux familles et entreprises frappées par les conséquences économiques de la pandémie. Face à un chômage en hausse, il a par ailleurs donné aux autorités pour instruction de "prendre toutes les mesures nécessaires pour restaurer pleinement le marché du travail en 2021", en ramenant le chômage à son niveau d'avant la crise.

La réforme de l'impôt sur le revenu, qui est une des principales sources de financement du budget fédéral, devrait rapporter quelque 60 milliards de roubles supplémentaires, a indiqué le président, précisant que cette somme serait utilisée pour soigner les enfants avec des maladies rares.

L'impôt unique sur le revenu, introduit en 2001, était une des réformes clés du premier mandat de Vladimir Poutine. Sa modification est abordée régulièrement depuis plusieurs années, l'hypothèse de l'effacer ou de la baisser pour les faibles revenus ayant été évoquée.

L'introduction de l'impôt unique "a permis de sortir les salaires et les revenus de l'ombre, de simplifier et de rendre compréhensible l'administration fiscale", a déclaré le président.

Mais avec "la nouvelle qualité de l'administration, l'introduction des technologies digitales, il est devenu possible de distribuer le fardeau fiscal de manière plus différenciée", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine