Allemagne : deux cantons reconfinés, la question de l'insécurité sanitaire des abattoirs relancée

Selon Armin Laschet, président du Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l'objectif de ce reconfinement est de "calmer la situation" et d'"accroître les tests de dépistage pour déterminer si le virus s'est répandu au-delà des employés de l'abattoir".
Selon Armin Laschet, président du Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l'objectif de ce reconfinement est de "calmer la situation" et d'"accroître les tests de dépistage pour déterminer si le virus s'est répandu au-delà des employés de l'abattoir". © Ina Fassbende, AFP

Alors que plus de 1 500 employés d'un abattoir allemand ont été testés positifs au coronavirus, deux communes de Rhénanie-du-Nord-Westphalie ont décrété un reconfinement de leur population. Au total, 7 000 personnes ont été placées en quarantaine et une vingtaine sont hospitalisées. Un scénario qui relance le débat sur les conditions de travail au sein de l'industrie de la viande.

Publicité

C'est le scénario redouté, et il concerne deux cantons allemands. Des mesures de reconfinement ont été rétablies, mardi 23 juin, dans deux communes de Rhénanie-du Nord-Westphalie, dans le nord-ouest de l'Allemagne, après la découverte d'un nouveau foyer de Covid-19. Elles resteront en vigueur jusqu'au 30 juin à Gütersloh, et dans la ville voisine de Warendorf.

Bars, musées, galeries, cinémas, salles de sport, gymnases et piscines seront fermés, et les pique-niques interdits. Un reconfinement qui concerne 360 000 dans le Gütersloh, et 280 000 à Warendorf.

Conditions de travail dans l'industrie de la viande

"C’est une mauvaise nouvelle, nous ne voulons pas nous reconfiner, mais ce n’est pas à nous d'en décider", réagit une habitante. "Je pense que c'est difficile pour tout le monde, alors que nous retrouvions un peu de liberté ; nous recommencions à profiter et tout s'arrête à nouveau", regrette une autre.

Plus de 1 500 employés d'une usine de conditionnement de viande de la région ont contracté le coronavirus. Il s'agit du plus grand abattoir du pays, devenu le plus grand foyer d'infection d'Allemagne, identifié comme tel depuis une semaine. Certains proches des employés ont été infectés, ainsi que 24 personnes n'ayant pas de lien direct avec l'usine. Au total, 7 000 personnes ont déjà été placées en quarantaine, et une vingtaine ont été hospitalisées.

L'objectif de ce reconfinement : "calmer la situation, accroître les tests de dépistage pour déterminer si le virus s'est répandu au-delà des employés de l'abattoir, à la population des cantons", a expliqué mardi, Armin Laschet, président du Land Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

"C'est une mesure préventive", a-t-il ajouté. "Nous lèverons cette mesure dès que possible", lorsque la flambée de contaminations sera maîtrisée.

Ce nouveau cluster relance la question de l'insécurité sanitaire des abattoirs allemands, et les mauvaises conditions de travail dans l'industrie de la viande. Dans cet abattoir, l'immense majorité des travailleurs sont recrutés par des entreprises de sous-traitants, et logés dans des appartements collectifs, vétustes et surpeuplés : tout pour favoriser la propagation du virus.

Tirant les leçons de cet épisode – cet abattoir n'étant pas le premier au sein duquel un cluster a émergé –, le gouvernement allemand prévoit d'interdire la sous-traitance et multiplier les contrôles sanitaires dans les semaines et mois à venir.

02:25

Faire face à une deuxième vague épidémique

Directeur de l'institut Robert Koch pour la santé publique (RKI), Lothar Wieler a indiqué que le pays risquait de faire face à une deuxième vague épidémique, mais s'est dit optimiste quant à la capacité du pays à éviter une telle situation.

Le taux de reproduction du Covid-19 en Allemagne, ou "R", est actuellement estimé par les autorités sanitaires à 2,76, ce qui signifie que si 100 personnes contractent le virus, elles en contamineront à leur tour 276 autres.

Mercredi, l'Allemagne a fait état de 587 nouveaux cas de contamination au coronavirus, portant le nombre total de personnes infectées à 191 449, selon les données rapportées par le RKI pour les maladies infectieuses.

Le nombre de morts a grimpé à 8 914, soit 19 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, selon les données du RKI.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine