Pakistan : plusieurs "négligences" à l'origine du crash d'un Airbus A320 à Karachi

Le personnel de sécurité se tient à côté de l'épave d'un avion sur le site après qu'un avion de Pakistan International Airlines se soit écrasé dans un quartier résidentiel quelques jours auparavant, à Karachi, le 24 mai 2020.
Le personnel de sécurité se tient à côté de l'épave d'un avion sur le site après qu'un avion de Pakistan International Airlines se soit écrasé dans un quartier résidentiel quelques jours auparavant, à Karachi, le 24 mai 2020. © Asif Hassan, AFP

Le crash, le 22 mai dernier, d'un Airbus A320 à Karachi, est notamment dû à la "négligence" des pilotes et des contrôleurs aériens, a déclaré mercredi le ministre pakistanais de l'Aviation. Au total, 97 personnes ont péri dans le crash de cet avion de la compagnie PIA.

Publicité

Le crash d'un Airbus A320 de la compagnie PIA, le 22 mai à Karachi, est dû à la "négligence" des pilotes, victimes d'un "excès de confiance", et des contrôleurs aériens, a affirmé, mercredi 24 juin, le ministre pakistanais de l'Aviation. L'accident a fait 97 morts.

"Il y a eu de la négligence des deux côtés", a déclaré Ghulam Sarwar Khan, qui présentait un premier rapport sur l'accident devant le Parlement. "Le pilote a ignoré les instruction des contrôleurs aériens, qui de leur côté n'ont pas rapporté les dommages" qu'une première tentative d'atterrissage ratée avait causés à l'avion, a-t-il expliqué.

Défaut de "concentration"

Pendant toute la phase d'atterrissage, "le pilote et le copilote n'étaient pas concentrés et tout au long de la conversation, ils ont parlé du corona. Le virus était dans leur esprit, leur famille était touchée et ils en discutaient", a raconté Ghulam Sarwar Khan, se basant sur les écoutes de boîtes noires de l'avion réalisées en France.

"Quand (le pilote) a atteint le point d'atterrissage, la tour de contrôle lui a dit 'vous êtes trop haut, vous devez descendre'. Il a rapidement écouté l'appel et a dit : 'Je m'en sortirai". Puis il a recommencé à parler du coronavirus", a indiqué le ministre, pointant "l'excès de confiance" des pilotes et leur défaut de "concentration".

L'avion, le train d'atterrissage rentré, a alors tenté une première fois d'atterrir, ses moteurs touchant le sol à trois reprises, avant de redécoller pour une seconde tentative avortée, selon Ghulam Sarwar Khan.

"Nous avons perdu les moteurs"

La tour de contrôle "aurait dû informer (les pilotes) lorsqu'elle a vu l'avion se poser sur ses moteurs et a remarqué l'incendie qui sortait des moteurs, mais elle ne l'a pas fait", a-t-il regretté.

L'avion s'est finalement écrasé sur une zone résidentielle, tuant 97 des 99 personnes à bord, dont huit membres d'équipage.

Un enregistrement authentifié peu après l'accident par un porte-parole de PIA avait fait entendre un appel de détresse du pilote à la tour de contrôle, dans lequel il déclarait : "Nous avons perdu les moteurs".

L'A320 de la Pakistan International Airlines assurait un vol entre Lahore et Karachi. Sa carlingue s'est écrasée à très peu de distance de la piste d'atterrissage, dans un quartier résidentiel.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine