Accéder au contenu principal

Municipales 2020 : Lyon, Bordeaux, Marseille basculent, soirée à suspense à Lille

Le Vert Grégory Doucet a remporté la mairie de Lyon dimanche 28 juin 2020.
Le Vert Grégory Doucet a remporté la mairie de Lyon dimanche 28 juin 2020. © Jeff Pachoud, AFP

Lyon, Bordeaux, Marseille : plusieurs grandes villes françaises ont été remportées, dimanche, par des écologistes et/ou des listes d'union de la gauche. La maire de Lille, Martine Aubry, a quant à elle été réélue sur le fil, devançant son adversaire de 227 voix.

Publicité
  •  Lyon : Grégory Doucet revendique une victoire "historique"

L'écologiste Grégory Doucet, tête de liste d'une coalition réunissant EELV et les partis de gauche, a revendiqué une victoire "historique" à la mairie de Lyon, dimanche 28 juin au soir, à l'issue du second tour des municipales.

Municipales 2020 : Grégory Doucet (EELV) élu maire de Lyon

"Lyon est au rendez-vous ; nous sommes au rendez-vous. Lyon a choisi l'écologie", s'est-il réjoui devant la presse à l'issue d'un scrutin où il est arrivé largement en tête face au poulain de Gérard Collomb et de la droite, Yann Cucherat, et à Georges Képénékian (LREM dissident), selon des instituts de sondages qui lui donnent plus de 20 points d'avance en attendant les résultats officiels.

"Nous allons maintenant faire ce que nous avons dit, parce que rien ne se fera sans les Lyonnaises et les Lyonnais", a-t-il tenté de rassurer, après une campagne marquée par les attaques de ses adversaires sur le danger que feraient peser les écologistes sur le développement économique de la ville.

  • Bordeaux : fin d'un règne de 73 ans pour la droite

L'écologiste Pierre Hurmic a revendiqué la victoire à Bordeaux, battant le maire sortant LR, Nicolas Florian, et mettant ainsi fin à 73 ans de règne de la droite. Prenant la parole dans la cour de la mairie, cet avocat de 64 ans a promis d'être "un maire de Bordeaux à plein temps".

"C'est une victoire historique, j'ai toujours pensé que les Bordelais étaient mûrs pour l'écologie. Cette victoire, je l'assumerai sans arrogance et avec fierté", a-t-il déclaré, précisant que sa première décision serait "de confier la commission des finances à un élu de l'opposition".

"Ceux qui me connaissent savent que je serai un maire humble, vous ne verrez pas le moindre propos arrogant ou revanchard dans ma bouche", a-t-il promis.

  • Marseille : majorité relative pour Michèle Rubirola

À Marseille, Michèle Rubirola, à la tête d'une coalition de gauche, finit avec 38,3 % des voix, 8 points devant l'héritière de Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal (LR), et avec 42 sièges de conseillers municipaux sur 101. "C'est une victoire relative pour nous, mais c'est une défaite pour la droite", a lancé Michèle Rubirola.

Martine Vassal (LR) refuse cependant de reconnaître sa défaite et renvoie au "troisième tour" vendredi lors du Conseil municipal. "Ce soir, je n'ai pas perdu, ce soir, il n'y a pas de majorité à Marseille", a-t-elle déclaré.

Le scrutin a été marqué, malgré l'enjeu, par une abstention record, 64,75 %, soit moins d'un électeur sur trois s'étant déplacé pour voter.

  • Lille : Martine Aubry réélue sur le fil

Une victoire à 227 voix ! La maire PS de Lille, Martine Aubry, faisait figure de rescapée dimanche soir face à la vague verte nationale, après l'avoir emporté sur le fil, au terme d'un long suspense, devant son ex-allié écologiste, Stéphane Baly.

Pour décrocher son quatrième et ultime mandat, celle qui a succédé en 2001 à Pierre Mauroy s'est fait peur alors qu'elle avait pourtant été longtemps la favorite de la campagne. Elle gagne avec 40 % des voix contre 39,4 % à Stéphane Baly et 20,6 % à l'autre candidate de cette triangulaire, la macroniste Violette Spillebout, sur fond d'abstention record (plus de 68 %).

Âgée de 69 ans, l'ancienne ministre emblématique de la gauche plurielle, qui reste pour beaucoup "la Dame des 35 heures", doit peut-être aussi en partie son salut aux appels à voter en sa faveur des responsables… de son opposition municipale de droite. Quant aux cadres de La France insoumise, inquiets de la poussée verte pour les scrutins à venir, ils ont soutenu mezzo voce Martine Aubry.

Juste après l'annonce de sa victoire, celle qui a senti le vent du boulet se gardait bien de pavoiser. "J'éprouve d'abord une grande tristesse face au taux d'abstention aussi élevé, en France et à Lille. Il va falloir retrouver la politique ! J'éprouve aussi un grand bonheur d'avoir obtenu la confiance des Lillois pour continuer à aller plus loin, beaucoup plus loin sur la justice sociale et la transition écologique", a déclaré Martine Aubry.

  • Éric Piolle réélu à Grenoble

À Grenoble, Éric Piolle a annoncé sa réélection avec plus de 50 % des voix. Et les écologistes peuvent se targuer de victoires à Besançon, à Poitiers, Tours, Annecy, et même en Île-de-France, à Colombes (près de 90 000 habitants), où s'est rendu Yannick Jadot, député européen et ex-tête de liste EELV aux européennes.

"Ce qui a gagné, c'est la volonté d'une écologie concrète, en action, qui propose des solutions sur les déplacements, le logement, l'alimentation, comment retisser l'économie locale", s'est-il réjoui sur TF1, voyant "une espérance autour du projet écologiste".

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.