Présidentielle en Pologne : le conservateur Duda affrontera le libéral Trzaskowski au second tour

Une femme quitte un bureau de vote de Cracovie, le 28 juin 2020,  lors du premier tour de l'élection présidentielle.
Une femme quitte un bureau de vote de Cracovie, le 28 juin 2020, lors du premier tour de l'élection présidentielle. © Bartosz Siedlik, AFP

Selon les résultats d'un sondage réalisé dimanche à la sortie des urnes lors du premier tour de la présidentielle, la Pologne verra s’affronter, lors du second tour, le président sortant Andrzej Duda et son rival libéral, Rafal Trzaskowski.

Publicité

Cela ne fait plus de doute : il y aura un second tour à l’élection présidentielle polonaise. Selon les résultats d'un sondage réalisé à la sortie des urnes lors du premier tour dimanche 28 juin, le président sortant, le conservateur Andrzej Duda, fera face à son rival libéral Rafal Trzaskowski le 12 juillet.

Andrzej Duda a obtenu le soutien de 43,7% des Polonais, après le décompte de bulletins issus des 99,78% des bureaux de votes annoncé lundi. Le maire de Varsovie a lui été appuyé par 30,3 % des électeurs, selon ce sondage réalisé par l'institut Ipsos et publié par les grandes chaînes de télévision, après la fermeture des bureaux de vote. Les résultats définitifs du premier tour seront connus plus tard dans la semaine.

Le président sortant s'est félicité de son résultat. "Je remporte ce premier tour grâce à vos voix de façon absolument incontestable. L'avance est énorme et je vous en suis reconnaissant", a-t-il déclaré lors de sa soirée électorale à Lowicz, dans le centre de la Pologne.

"La campagne se poursuivra, nous menons une discussion très importante sur la Pologne, nous posons la question de la Pologne de l'avenir", a dit le président sortant, avant de féliciter Rafal Trzaskowski.

Pour le candidat libéral, le deuxième tour sera "un choix entre la Pologne ouverte (...) et ceux qui cherchent tout le temps des conflits". "Je serai le candidat du changement", a-t-il promis. "Le monopole du pouvoir ne finit jamais bien", a insisté le candidat du principal parti d'opposition, la Plate-forme civique.

Réforme controversée

La réélection du président sortant, allié du gouvernement, est cruciale pour le parti conservateur nationaliste au pouvoir Droit et Justice (PiS), qui joue l'avenir de ses réformes, y compris celle controversée de la justice.

Le président, qui affrontera le maire libéral de Varsovie, Rafal Trzaskowski, au second tour, a le pouvoir d'opposer son veto à des lois.

Rafal Trzaskowski, à la tête de Plate-forme civique, a promis de mettre un coup d'arrêt à des réformes qui portent atteinte selon lui à la démocratie.

Avec AFP et Reuters

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine