À Paris, une vente controversée de statuettes nigérianes

Deux statuettes nigérianes qui doivent être mises en vente.
Deux statuettes nigérianes qui doivent être mises en vente. © Christie's, AP

Le Nigeria a réclamé l'annulation d'une vente de statues à Paris, estimant qu'elles ont été acquises illégalement. La société d'enchères Christie's, qui s'occupe de la vente, a rejeté cette demande.

Publicité

Christie's a rejeté lundi 29 juin la requête d'une commission nationale nigériane demandant la suspension d'une vente de statuettes à Paris qu'elle estime acquises illégalement pendant la guerre du Biafra, la maison de ventes jugeant l'adjudication complètement légale.

Mallam Abdu Aliyu, directeur général par intérim de la Commission nationale du Nigeria pour les musées et les monuments, a déclaré avoir écrit une lettre de protestation à la société britannique Christie's après avoir appris cette vente aux enchères lundi à Paris.

Des compensations réclamées

"Nous croyons que les statuettes ont été acquises illégalement pendant la guerre civile" au Biafra (1967-1970), a expliqué le haut responsable nigérian.

Theophilus Umogbai, conservateur du National Museum de Benin City (Nigeria), a lui aussi protesté contre "la vente de nos œuvres volées". "Christie's et d'autres maisons de vente (...) doivent rapatrier ces œuvres et nous payer des compensations", a-t-il dit. 

"Tous les objets dans cette vente répondent pleinement à tous les cadres légaux applicables", a répliqué la société de vente aux enchères.

Au cœur du contentieux figure une paire de statuettes Igbo, estimée entre 250 000 et 350 000 euros - finalement vendue 212 500 euros à un acheteur sur Internet.

Selon Christie's, ces objets "ont été exposés, ont fait l'objet de publications dans les années passées" (...) et ont "été vendus antérieurement et publiquement en 2010 lors d'une foire internationale".

Les statues ont fait partie de la collection privée de l'ancien conseiller de Jacques Chirac sur les arts premiers, Jacques Kerchache, jusqu'à sa mort en 2001, mais "il n'y a jamais eu aucune suggestion qu'(elles) aient pu être sujettes à une importation illégale", relève Christie's.

Parmi les autres objets controversés figure une statue Urhobo évaluée entre 600 000 et 900 000 euros, qui n'a pas trouvé preneur.

Selon Christie's, les ventes publiques sont un outil pour favoriser la transparence et empêcher les trafics.

"Nous pensons que, avant même le conflit (du Biafra), des agents locaux ont fait du commerce d'objets comme ceux-ci". "Il n'y a pas de preuve" que ces statuettes Igbo "aient été soustraites à leur lieu d'origine par quelqu'un qui n'était pas du lieu", a encore considéré la maison de ventes.

Ces réclamations ravivent le débat sur les restitutions des œuvres d'art africaines se trouvant dans les collections publiques européennes, par exemple au Musée du Quai Branly, et chez des collectionneurs privés.

Si, dans ce cas nigérian, il s'agit de la période post-coloniale, la plupart du temps, les plaintes portent sur des œuvres parvenues en Europe pendant la colonisation. Les musées européens sont prêts à discuter de restitutions quand les œuvres ont été pillées par la force, mais contestent que ce fut le cas pour la  majorité d'entre elles.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine