Accéder au contenu principal

Air France et sa filiale Hop! vont supprimer 7 580 emplois d'ici fin 2022

Le groupe Air France compte supprimer plus de 7 500 postes d'ici fin 2022, dont 6.560 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1 000 au sein de la compagnie régionale Hop!, selon des sources syndicales
Le groupe Air France compte supprimer plus de 7 500 postes d'ici fin 2022, dont 6.560 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1 000 au sein de la compagnie régionale Hop!, selon des sources syndicales © Joel Saget, AFP/
3 mn

Le groupe Air France a détaillé, vendredi, son intention de supprimer plus de 7 500 postes, d'ici fin 2022, pour adapter ses effectifs à la crise sanitaire, qui frappe durement l'ensemble du secteur aérien.

Publicité

Zone de turbulences chez Air France. La compagnie aérienne française a détaillé, vendredi 3 juillet, son intention de supprimer 6 560 emplois au sein de la compagnie aérienne phare et un millier d'autres dans sa filiale régionale Hop! pour adapter ses effectifs à la crise sanitaire, qui frappe durement l'ensemble du secteur aérien.

Une information qui confirme les craintes des syndicats : plusieurs sources syndicales expliquaient à l'AFP, le 30 juin, que le groupe aéronautique comptait supprimer plus de 7 500 postes d'ici fin 2022, dont 6 560 au sein de la compagnie tricolore et plus de 1 000 au sein de la compagnie régionale Hop!.

Départs contraints envisagés

"Les besoins sont en forte baisse sur l'ensemble de la période en lien avec la chute d'activité et la nécessité d'accélérer la transformation de l'entreprise", expliquait la direction dans un document consulté par l'AFP en amont d'un comité économique et social central (CSEC), qui a eu lieu vendredi chez Air France.

Les suppressions de postes, exprimées en CDI ETP (équivalents temps plein), devraient passer par des départs naturels non remplacés (environ 3 500 sur 41 000 chez Air France) et par des départs volontaires pour l'essentiel, même si, de mêmes sources, des départs contraints ne sont pas exclus pour le personnel du réseau court-courrier.

Hop!, qui compte actuellement quelque 2 400 ETP, d'après des sources syndicales, est particulièrement touchée. Les sites de maintenance de Hop! à Morlaix et Lille seraient menacés de fermeture, tout comme une base de personnel navigant Air France à Toulouse.

Un secteur en berne

Chez Air France, les départs doivent passer par des ruptures conventionnelles collectives pour le personnel navigant, tandis qu'un plan de départs volontaires (PDV) est privilégié pour le personnel au sol. La direction souhaite ouvrir des négociations avec les syndicats du personnel au sol début juillet pour de premiers départs en début d'année 2021.

Le choc lié à l'épidémie de Covid-19 a été sans précédent pour la compagnie française comme pour ses rivaux internationaux, qui ont enchaîné ces dernières semaines les annonces de coupes claires dans leurs effectifs : 22 000 chez le groupe allemand Lufthansa, 12 000 chez British Airways ou encore 10 000 pour l'américain Delta Air Lines.

L'État français, actionnaire d'Air France-KLM, a apporté un soutien financier de 7 milliards d'euros au groupe franco-néerlandais, dont 4 milliards de prêts bancaires garantis et 3 milliards de prêt direct, en lui demandant d'améliorer sa rentabilité et son impact environnemental.

En réponse, le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith, a annoncé fin mai la réduction du réseau français (déficitaire) de 40 % d'ici à la fin 2021.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.