Accéder au contenu principal

Démission du gouvernement: l'examen des textes sur le budget et la bioéthique suspendu au Parlement

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

C'est l'incertitude sur les travaux du Parlement, dans l'attente du nouveau gouvernement de Jean Castex: l'examen du budget rectifié a été suspendu vendredi à l'Assemblée nationale, qui devait entamer lundi la deuxième lecture du projet de loi de bioéthique.

La séance a été interrompue en début de matinée, alors que le secrétaire d'Etat Cédric O se trouvait au banc du gouvernement, au cinquième jour des échanges sur le nouveau budget de crise pour 2020, avec un peu moins d'un millier d'amendements encore au menu.

Du fait de la démission du gouvernement d'Edouard Philippe, "nous allons interrompre nos travaux", a indiqué depuis le perchoir Hugues Renson (LREM).

Le Parlement ne peut siéger sur un texte de loi sans la présence d'un membre du gouvernement. Et ceux démissionnaires ne peuvent qu'expédier les affaires courantes, et non défendre un texte aussi important que le budget.

"Le pays n'ayant plus de gouvernement, des secteurs entiers de notre économie et les collectivités territoriales devront attendre leur plan de soutien", a déploré sur Twitter Christine Pirès Beaune (PS).

Les députés devaient initialement achever dans la soirée vendredi l'examen de ce troisième projet de loi de finances rectificative, qui doit passer au Sénat mi-juillet.

Les travaux vont-ils reprendre lundi, si le nouveau gouvernement est nommé entre-temps? Ce jour-là devait démarrer l'examen en deuxième lecture du très attendu projet de loi de bioéthique qui ouvre la PMA à toutes les femmes.

Le texte est prêt: il vient d'être adopté en commission dans la nuit de jeudi à vendredi, après 37 heures de discussions. Les oppositions n'ont eu de cesse de critiquer le choix de ce calendrier, dans un contexte de crise sanitaire et économique devant imposer selon elles d'autres priorités législatives.

Une conférence des présidents de l'Assemblée, en présence du ministre des Relations avec le Parlement, devra arrêter un nouvel ordre du jour, pour tout le mois de juillet, a-t-on indiqué à l'AFP de sources parlementaires.

Il faudra prévoir une demi-journée pour une probable déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre, qui peut être suivie d'un vote.

La même déclaration de Jean Castex sur son programme est possible devant le Sénat à majorité de droite.

En attendant des éclaircissements sur l'agenda, des auditions de ministres ont été annulées, dont celle prévue vendredi après-midi d'Olivier Véran (Santé) par la commission d'enquête du Sénat sur la pollution des sols.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.