Accéder au contenu principal

Covid-19 : l’Iran enregistre son deuxième record de morbidité en une semaine

Des Iraniennes marchent masquées dans les rues de Téhéran, le 1er juillet 2020.
Des Iraniennes marchent masquées dans les rues de Téhéran, le 1er juillet 2020. © Atta Kenare, AFP
2 mn

Le ministère iranien de la Santé a annoncé dimanche 163 morts supplémentaires dus au nouveau coronavirus. Il s’agit du bilan quotidien le plus élevé en Iran depuis le début de l'épidémie en février.

Publicité

L’Iran a enregistré un nouveau record de décès liés au Covid-19, avec 163 morts, ont annoncé dimanche 5 juillet les autorités iraniennes. Il s’agit du deuxième record de morbidité en une semaine, alors que l'épidémie de nouveau coronavirus continue de gagner du terrain dans le pays, le plus durement touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient. Le précédent record de 162 morts ne datait que de lundi.

Les nouveaux décès annoncés à la télévision d'État par la porte-parole du ministère de la Santé, Sima Sadat Lari, portent à 11 571 morts le bilan officiel de la pandémie en Iran.

"Au cours des dernières 24 heures, 2 560 personnes ont été testées positives au coronavirus, portant à 240 438 le total des contaminations", a ajouté Sima Sadat Lari.

Ces annonces surviennent alors que l'Iran fait face depuis plusieurs semaines à une hausse des nouveaux cas confirmés et des décès.

Les autorités ont mis en garde à plusieurs reprises la population contre ce qu'elles considèrent être un laisser-aller quant au respect des procédures sanitaires et des précautions à prendre pour empêcher la propagation du virus.

Obligation de porter le masque

Samedi, le président Hassan Rohani a annoncé que les autorités comptaient faire respecter fermement à partir de dimanche l'obligation de porter le masque dans certains lieux publics.

Pour lutter contre la propagation de l'épidémie, les autorités iraniennes n'ont jamais imposé de confinement de la population mais ont décrété une série de restrictions (interdiction des rassemblements, notamment religieux, limitation de l'activité économique et des déplacements entre autres).

Afin de ne pas aggraver davantage la crise économique – résultat de la réimposition des sanctions américaines contre la République islamique en 2018 – qu'endure le pays, le gouvernement a levé progressivement ces restrictions à partir d'avril, alors que l'épidémie semblait reculer. Mais selon les chiffres officiels, la maladie regagne du terrain depuis le début du mois de mai.

Selon Sima Sadat Lari, neuf des 31 provinces du pays (Azerbaïdjan-Occidental et Oriental, Bouchehr, Hormozgan, Ilam, Kermanshah Khorassan-é-Razavi, Khouzestan et Kurdistan) restent comme la veille classées en "rouge", le plus haut niveau sur l'échelle du risque de propagation du virus.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.