Accéder au contenu principal

En Autriche, Valtteri Bottas remporte le 1er Grand Prix de la saison de F1 à huis clos

Le monégasque Charles Leclerc (gauche), le Finlandais Valtteri Bottas (centre) et le Britannique Lando Norris (droite) posent avec un t-shirt "End Racism" sur le podium du Grand Prix remporté dimanche 5 juillet, en Autriche, par Valtteri Bottas.
Le monégasque Charles Leclerc (gauche), le Finlandais Valtteri Bottas (centre) et le Britannique Lando Norris (droite) posent avec un t-shirt "End Racism" sur le podium du Grand Prix remporté dimanche 5 juillet, en Autriche, par Valtteri Bottas. AFP - MARK THOMPSON
3 mn

Le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) a remporté, dimanche, le Grand Prix d'ouverture de la saison de Formule 1. La course, disputée à huis clos en Autriche, après plus de trois mois de retard dus au coronavirus, a été marquée par le geste de plusieurs pilotes et mécaniciens, qui ont posé un genou à terre sur la grille en signe de soutien à la lutte contre le racisme.

Publicité

C’est avec un Grand prix d’ouverture à huis clos remporté par le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes), que la saison de Formule 1 a démarré, dimanche 5 juillet, après plus de trois mois de retard dus au coronavirus. "Cela aurait été agréable de le partager avec des spectateurs", a réagi le vainqueur.

Le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) et le Britannique Lando Norris (McLaren), qui monte pour la première fois sur la boîte, complètent le podium d'une course à rebondissements.

Après s'être étouffé dans son masque gorgé du champagne, qui a coulé à flots sur un podium, par ailleurs inhabituel, sur la grille et sans dignitaires pour remettre les trophées, Lando Norris aussi a regretté l'absence de public.

"Être ici maintenant et ne pas pouvoir en profiter avec les fans rend les choses à un peu plus difficiles à appréhender", a déploré le jeune homme, qui dispute sa deuxième saison en F1.

Ce premier GP de 2020, devant des tribunes vides, a été sans pitié pour les mécaniques, avec pas moins de neuf abandons sur vingt monoplaces au départ (Max Verstappen, Daniel Ricciardo, Lance Stroll, Kevin Magnussen, Romain Grosjean, George Russell, Kimi Räikkönen, Alexander Albon et Daniil Kvyat).

Les Mercedes aussi ont craint pour leurs boîtes de vitesse pendant une grande partie de la course.

Soutien à la lutte contre le racisme

Avant le départ, quatorze pilotes sur vingt, et plusieurs mécaniciens, ont posé un genou à terre sur la grille en signe de soutien à la lutte contre le racisme.

Tous les pilotes étaient vêtus de T-shirts frappés des mots "End Racism" (en finir avec le racisme), sauf Hamilton qui arborait le slogan "Black Lives Matter".

Incités par le Britannique, premier pilote noir de la catégorie, plusieurs pilotes et écuries, ainsi que la F1 et la Fédération internationale de l'automobile (FIA), se sont positionnés récemment contre le racisme à la suite de la mort de George Floyd aux mains de policiers aux États-Unis fin mai.

Dimanche, le choix avait été laissé aux pilotes d'exprimer à leur manière leur engagement dans cette lutte.

Initialement prévu le 15 mars en Australie, le début de la saison a été décalé au début du mois de juillet. Seuls huit Grands Prix figurent au calendrier provisoire, alors que le promoteur du championnat (Formula One) souhaite en programmer entre 15 et 18, au lieu de 22.

Avec AFP

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.