Accéder au contenu principal

Ennio Morricone, le maestro des B.O en 7 morceaux

Le compositeur italien Ennio Morricone le 3 juillet 2017 à Rome
Le compositeur italien Ennio Morricone le 3 juillet 2017 à Rome © Tiziana Fabi, AFP Archives
3 mn

Des B.O. magistrales de westerns aux films nostalgiques, en passant par les films de gangster...Ennio Morricone, décédé lundi à Rome à l'âge de 91 ans, laisse derrière lui un héritage qui s’étend sur plus de 70 ans de carrière. France 24 vous propose une sélection de ces meilleures partitions.

Publicité

"Au bout de 10 secondes d'une musique de film, on sait que c'est la sienne [celle de Ennio Morricone], de quel film il s'agit, on voit les images". Les mots de Jean-Michel Jarre, auteur-compositeur français largement inspiré par le maestro italien, résume l'empreinte que laisse Ennio Moricone derrière lui avec ses quelque 500 musiques pour le cinéma et la télévision.

La composition la plus mémorable restera sans doute le lancinant air d'harmonica joué par Charles Bronson dans "Il était une fois dans l'Ouest" (1968), réalisé par Sergio Leone, son ami d'enfance. (À écouter sur la vidéo ci-dessous, à 9 min 47)

Leur collaboration débute deux ans plus tôt. Pour récréer l'univers du far west américain, Ennio Morricone associe quelques coups de tambours et des notes de flûte. Une mélodie devenue emblématique, marquée par le cri du coyote qu'on retrouve dans le western spaghetti "Le bon, la brute et le truand" (1966).

La bande originale compte aussi le célèbre morceau Ecstasy of Gold, qui sera joué par Metallica lors de nombreux concerts.

Mais son oeuvre ne se résume pas aux six westerns de Sergio Leone, devenus tous mythiques. En France, le plus grand succès s'intitule Chi Mai. Cette mélodie aux violons a été utilisée dans plusieurs long-métrages, comme "Le Professionnel", avec Jean-Paul Belmondo en 1981, qui lui vaut la même année un César et un disque d'or. Ce morceau accompagne également des séries et même des publicités, comme pour la marque de croquettes pour chiens Royal Canin en 1986 et 1991.

Sa musique pour "Mission" (Palme d'or à Cannes 1986) figure parmi ses morceaux fétiches. Ennio Morricone confiera d'ailleurs sa déception de ne pas avoir reçu d'Oscar pour cette bande-son inspirée à la fois de chants d'église et de rythmes tribaux. Elle marque surtout un tournant de sa carrière, vers des notes plus lyriques.

Le maestro s'attaque également au film de gangsters, notamment en 1987 avec "Les Incorruptibles" de Brian de Palma - le début d'une collaboration qui durera quinze ans. L'occasion pour lui de travailler les ambiances musicales, où la mort résonne à chaque morceau.

Ennio Morricone était aussi un grand romantique et le prouve avec sa composition poignante pour "Cinema Paradiso" (1988), une histoire de nostalgie et de cinéma dans la pittoresque Italie des années 1980.

Pour les plus mordus d'Ennio Morricone, un package de 4 CD et 1 vinyle, regroupant une partie de l'oeuvre de l'artiste ("Pour une poignée de dollars", "Et pour quelques dollars de plus", "Le bon, la brute et le truand", "Il était une fois dans l'Ouest" côté Leone et les "Huit Salopards") sera disponible en fin de semaine en France. Une sortie prévue bien avant que le compositeur ne s'éteigne.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.