Accéder au contenu principal

Jacob conseille à Macron de "se méfier" de Darmanin

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Les responsables des Républicains ont récusé mardi que le gouvernement Castex soit "un gouvernement de droite", leur patron Christian Jacob préférant conseiller à Emmanuel Macron de "se méfier" de Gérald Darmanin, qui a "les gènes de la trahison".

Interrogé dans Le Parisien sur l'inflexion à droite que laisse transparaître la composition du nouveau gouvernement dévoilé lundi, M. Jacob juge dans Le Parisien que "ces ministres sont d'abord des opportunistes".

"Quel lien a Darmanin avec la droite ? Il est adhérent En marche", rétorque-t-il à propos du ministre issu de la droite, rallié en 2017 à Emmanuel Macron, ministre des Comptes publics dans le précédent gouvernement et promu lundi à l'Intérieur.

"Si j'étais le président, je m'en méfierais, parce que le ministre de l'Intérieur a les gènes de la trahison! Le président est allé chercher une personnalité ou deux qui avaient besoin de reconnaissance, c'est tout", critique M. Jacob.

Annie Genevard, vice-présidente LR de l'Assemblée nationale, "récuse", elle, le terme de "gouvernement de droite" au vu du "bilan" de la politique menée jusque-là, notamment par M. Darmanin: des déficits public et commercial "abyssa(ux), un niveau d'imposition que le gouvernement n'a pas cherché à réduire, et sur le plan régalien des difficultés sans nom".

Et d'assurer sur RFI qu'"il y aura un candidat de droite à la prochaine présidentielle, avec un programme de droite qui, à bien des égards, se distinguera de la politique d'Emmanuel Macron".

Guillaume Peltier, numéro deux des Républicains, évacue aussi la question d'un siphonnage de la droite par Emmanuel Macron en jugeant sur franceinfo "bien triste" la politique d'Emmanuel Macron qui "se résume à du spectacle, du cynisme, une simple tactique et des stratégies de débauchage individuels".

Outre MM. Castex, qui vient de quitter LR, et Darmanin, qui obtient l'Intérieur, l'ancienne ministre de Jacques Chirac Roselyne Bachelot fait son retour en politique en prenant les rênes du ministère de la Culture. Et Bruno Le Maire, LR jusqu'en 2017 et ministre de l'Economie sous le précédent gouvernement, est promu à la tête d'un grand ministère de l'Economie, des Finances et de la Relance.

Pour l'ancien ministre Brice Hortefeux, on nous promettait "des prises de guerre, des ralliements, des choses spectaculaires: résultat à l'arrivée, rien, nada", a-t-il considéré sur RTL.

Idem pour le patron des députés LR Damien Abad, sur Sud Radio: "il n'y a pas eu de débauchage chez LR et c'est tant mieux".

L'eurodéputée LR Nadine Morano, elle, veut positiver: "à chaque fois qu'on a besoin de compétences, c'est chez nous qu'on vient les chercher !", a-t-elle lancé sur Cnews.

Donc "il vaut mieux voter pour LR, avec des personnalités fidèles à leurs convictions plutôt que pour des gens qui retournent leur veste en fonction du vent", dit-elle en évoquant Gérald Darmanin.

Elle juge au passage "assez étonnant" de le voir nommé à l'Intérieur alors qu'"il a une affaire en justice".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.