Accéder au contenu principal

MMA: le concept de "Fight Island" fait ses débuts à Abou Dhabi

4 mn
Publicité

Abou Dhabi (AFP)

Le concept de "Fight Island", promu par le président de l'Ultimate Fighting Championship (UFC) Dana White pour éviter les risques liés au coronavirus, a fait froncer des sourcils mais il fera ses débuts dimanche sur une île d'Abou Dhabi.

"Fight Island est réel. C'est une chose réelle", a déclaré le patron de l'UFC lorsqu'il a annoncé en avril son plan de tenir un tournoi d'arts martiaux mixtes (MMA) sur une île fermée. "L'infrastructure est en train d'être construite en ce moment même, et ça va vraiment arriver", avait-il alors affirmé.

La vision de M. White prendra forme avec le tournoi UFC 251 de 13 combats sur l'île de Yas, qui sera marqué par un combat pour le titre mondial des poids welters entre le champion nigérian-américain Kamaru Usman et le challenger cubano-américain Jorge Masvidal.

Le tournoi se déroulera sans public dans une arène de l'île de villégiature et de divertissement tout au long du mois de juillet.

Kamaru Usman a déclaré lors d'un point-presse virtuel avoir été impressionné par ce qu'il avait vu depuis son arrivée aux Émirats arabes unis jeudi.

"Je suis reconnaissant pour tout ce qui a été fait", a-t-il dit, ajoutant que "toutes les précautions ont été prises". "Je serai heureux de rentrer chez moi sans Covid-19", a-t-il renchéri.

L'UFC a quitté sa base de Las Vegas pour s'installer à Abu Dhabi afin d'isoler ses combattants. La sécurité a été une motivation majeure, tout comme la nécessité pour le promoteur de continuer à organiser des tournois - et à engranger des recettes - pendant la crise sanitaire qui a bouleversé l'agenda des évènements sportifs dans le monde.

- "Zone de sécurité" -

Des mesures d'isolement strictes ont été imposées aux athlètes, à leur entourage, aux officiels, au personnel et aux médias pour la durée de leur séjour à Yas Island, sur un site qui a été complètement bouclé jusqu'à la fin de l'événement le 26 juillet.

C'est dans cette île que se trouvaient les équipes cyclistes placées en quarantaine plusieurs jours fin février après la découverte de plusieurs cas positifs au Covid-19 sur le Tour des Emirats (UAE Tour).

"Nous avons pu nous enfermer avec des tapis et des protections dans notre chambre et continuer à nous entraîner autant que possible", a déclaré le poids welter russe Muslim Salikhov, qui affronte le Brésilien Elizeu Zaleski dos Santos lors des préliminaires de dimanche.

Jusqu'à présent, les Émirats arabes unis ont enregistré plus de 53.500 cas de coronavirus et 328 décès.

Le directeur exécutif du tourisme et du marketing d'Abou Dhabi, Ali al-Shaiba, a assuré qu'un protocole sanitaire strict avait été mis en place dans la vaste "zone de sécurité", surveillée par la police et qui devrait accueillir environ 2.000 personnes pendant la durée de l'événement d'un mois.

"Il n'est pas facile d'accueillir un méga-événement international comme un tournoi d'UFC dans ces circonstances où tout le monde est enfermé et où des restrictions de voyage sont en place. Mais nous faisons bouger les choses", a-t-il déclaré à l'AFP.

Abu Dhabi, qui a signé un contrat de cinq ans avec l'UFC, a une riche histoire en matière d'arts martiaux, puisqu'il accueille des événements lucratifs de jiu-jitsu, un sport qui est une composante du MMA devenu très populaire lors de la dernière décennie.

Pour l'instant, Fight Island est un événement "unique", a déclaré M. Shaiba, ajoutant que l'émirat avait été approché par d'autres entités sportives qui souhaitaient organiser des événements dans le format "bulle".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.