Accéder au contenu principal

Amical: le Paris SG est "très concentré", souligne Tuchel

Thomas Tuchel, sur le banc le touche du PSG, assiste au festival offensif de son équipe face au Havre AC, le 12 juillet 2020 au stade Océane
Thomas Tuchel, sur le banc le touche du PSG, assiste au festival offensif de son équipe face au Havre AC, le 12 juillet 2020 au stade Océane Anne-Christine POUJOULAT AFP
2 mn
Publicité

Le Havre (AFP)

L'entraîneur du Paris SG Thomas Tuchel a trouvé son équipe "très concentrée", dimanche lors de la très large victoire amicale contre Le Havre (9-0) qui a marqué son retour après quatre mois d'interruption.

Q: Comment analysez-vous cette large victoire ?

R: "La meilleure chose, c'est que personne ne s'est blessé. Tout le monde a profité du fait d'être ensemble sur un terrain. C'est autre chose que de faire un entraînement. On a fait un bon match, avec du sérieux et un bon état d'esprit. Nos attaques ont été fluides, la défense a été sérieuse. C'était un bon test. Ce n'est pas facile de reprendre après quatre mois de pause, mais l'équipe est très concentrée, très calme. Les joueurs sont heureux d'être ensemble."

Q: Comment réagissez-vous au tirage au sort de Ligue des champions, avec ce quart de finale contre l'Atalanta Bergame ?

R: "Ca va être un match très difficile, très serré parce qu'ils ont beaucoup de qualité. C'était absolument clair pour moi, samedi on a vu contre la Juventus (2-2) que c'était une équipe très équilibrée, très offensive, très physique. Mais maintenant, ce n'est pas le moment de perdre la tête avec ce match-là. Le défi est d'arriver à Lisbonne avec deux titres, de préparer aussi le match contre Saint-Etienne (en finale de la Coupe de France, le 24 juillet). C'est le seul dans ma tête, et après c'est celui de Lyon (en finale de la Coupe de la Ligue, le 31 juillet). Après on a 12 jours pour préparer Bergame. C'est absolument nécessaire de faire pas à pas."

Q: Comment jugez-vous le retour du public dans les stades ?

R: "C'était une surprise. Parce qu'en Allemagne, Espagne ou Angleterre, ils jouent sans public. On aime beaucoup, ça change vraiment l'ambiance dans un stade. Mais le plus important, ce n'est pas l'entraîneur qui veut des spectateurs, c'est que tout le monde soit en bonne santé."

Propos recueillis en conférence de presse

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.