Accéder au contenu principal

L'Espagnol Alled-Martinez, roi du jean tricoté, à la conquête de Paris

Le créateur espagnol Archie Alled-Martinez à Barcelone, le 30 juin 2020
Le créateur espagnol Archie Alled-Martinez à Barcelone, le 30 juin 2020 Pau BARRENA AFP
3 mn
Publicité

Paris (AFP)

Adolescent, Archie Alled-Martinez était obsédé par les jeans Dior par Hedi Slimane dont il avait 25 paires. Le créateur barcelonais, roi du denim tricoté et adepte du genre neutre, a débuté dimanche à la Fashion week masculine de Paris.

Peu connu du grand public, le styliste de 29 ans diplômé du prestigieux Central Saint Martins à Londres est pourtant dans les radars de la mode depuis deux ans.

Le géant du luxe LVMH l'a distingué en 2018, Givenchy l'a embauché pour un an et aujourd'hui, il a intégré le calendrier officiel de la semaine du prêt-à-porter homme à Paris avec sa propre marque Alled-Martinez.

Il a bénéficié d'un coup de projecteur, indispensable à chaque créateur, grâce à un ensemble de chemise et jean pailleté en maille - sa marque de fabrique - porté par le musicien britannique Harry Styles lors du dernier Jingle Bell Ball de Londres.

Grâce à ce look "résolument audacieux", le styliste devient "un phénomène, du jour au lendemain", écrit le magazine Vogue qui l'avait rencontré après cette collaboration.

"Un jean pourra paraître banal au premier coup d’œil, mais devient un objet unique lorsqu’on s’aperçoit qu’il est tricoté. C’est alors qu’opère le coup de foudre, droit au cœur", a expliqué le styliste.

- Londres "ne te comprendra pas" -

"J'ai une passion innée pour la mode", raconte le créateur à l'AFP. Quand il arrive à 19 ans au Saint Martins, ses collègues lui racontent ce que leurs grands-mères leur ont appris.

"Ce n'était pas mon cas. Ils m'ont mis devant une machine à tricoter. Je me suis dit +qu'est-ce que c'est?+ Cela a réveillé mon côté geek".

"Ce qui m'a attiré, c'est cette aiguille qui saisit le fil, tire en arrière et fait un nœud. Elle va si vite qu'on peut faire des mètres et des mètres", raconte-t-il, toujours fasciné par cette mécanique.

Ses huit années dans la capitale britannique se sont terminées par un conseil prophétique de son directeur des études: "Allez à Paris, ils ne vous comprendront pas ici".

Sitôt dit, sitôt fait.

"Paris me convient mieux, avec un vrai vêtement chic qui n'essaye pas d'attirer l'attention. Londres recherche plus d'innovation, sacrifiant souvent la beauté", assure le styliste qui se distingue par les coupes sobres sans fioritures, ni exagérations, dans l'esprit seventies.

Cette vision pragmatique de la mode vient de sa perception en tant que consommateur.

- Ambisexualité -

"Dès mon plus jeune âge, j'ai eu une dévotion absolue pour les vêtements. Et quand j'ai découvert Slimane, ma première idole, c'est devenu une obsession. J'en suis venu à avoir 25 paires de jeans Dior".

Roi des coupes acérées, Hedi Slimane, actuellement créateur de Celine, a révolutionné le vestiaire masculin lorsqu'il était en charge des collections homme chez Dior et Saint Laurent. Karl Lagerfeld avait perdu 40 kg pour pouvoir porter ses costumes étriqués.

Tout comme son idole, Archie Alled-Martinez promeut l'esthétique ambisexuelle. "La fin de la séparation des genres est indéniable, au moins pour les jeunes générations", dit-il.

Et comme son compatriote Palomo Spain, qui défile à la Fashion Week masculine à Paris depuis 2018, il compte plus de femmes que d'hommes parmi ses clients.

Comme les autres créateurs, il n'a présenté qu'une poignée de looks dont une chemise qui fait écho à celle de Harry Styles pour cette Fashion week parisienne entièrement numérique, une première, pour cause de crise sanitaire.

Cette collection n'est qu'un prélude à ce qui arrivera dans le calendrier de janvier, souligne-t-il en espérant pouvoir défiler pour de vrai en hiver prochain.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.