Accéder au contenu principal

Darknet: le pédophile arrêté en Gironde "collabore avec la justice"

L'homme de 40 ans interpellé en Gironde, parmi les pédophiles les plus recherchés au monde, "a souhaité collaborer avec la justice"
L'homme de 40 ans interpellé en Gironde, parmi les pédophiles les plus recherchés au monde, "a souhaité collaborer avec la justice" SAUL LOEB AFP/Archives
3 mn
Publicité

Bordeaux (AFP)

L'homme de 40 ans interpellé en Gironde, parmi les pédophiles les plus recherchés au monde, "a souhaité collaborer avec la justice", a assuré mardi à l'AFP son avocat qui a évoqué pour son client, "pris dans un engrenage", "une "arrestation quasi-salvatrice".

"Depuis sa garde à vue puis devant le juge d'instruction, il a souhaité collaborer avec la justice et présenter ses excuses pour ce qu'il avait fait (...) ce n'est pas quelqu'un qui est dans une négation de l'horreur", a déclaré son avocat Simon Takoudju.

"Il s'est senti pris dans un engrenage avec l'impossibilité d'en sortir (...) depuis des années, il aurait voulu stopper tout cela. Cette arrestation quasiment salvatrice lui permettra (...) peut-être de trouver les raisons qui l'ont poussé à faire cela", a ajouté l'avocat de l'homme suspecté d'avoir administré des sites pédo-pornographiques sur le Darknet.

Selon une source proche du dossier, ce quadragénaire "inséré", qui donnait l'apparence d'"une personne lambda", était domicilié à Frontenac, village à l'est de Bordeaux entre Garonne et Dordogne, où il vivait avec ses deux filles de 4 et 8 ans, qu'il mettait parfois en scène, son fils et sa femme.

Cet audidacte de l'informatique, cantonnier travaillant sur "trois ou quatre communes proches", se livrait à ses activités parallèles sous son toit le plus souvent, "la nuit", "a priori, sans éveiller les soupçons de sa femme", a indiqué la source.

Bien qu'agissant "en solitaire" derrière son ordinateur, l'homme avait toutefois "pour habitude d'échanger avec d'autres internautes, pour partager des contenus".

Le juge d'instruction qui a repris le dossier aura encore "de nombreuses investigations à mener", a assuré à l'AFP la procureure de la République de Bordeaux, Frédérique Porterie.

Le quadragénaire était dans le radar des services de lutte contre la pédophilie depuis 2014, au point d'être "devenu l'une des dix cibles prioritaires mondiales".

Il a été mis en examen à Bordeaux le 9 juillet, soupçonné d'avoir administré des plateformes pédo-pornographiques accessibles à des "milliers de personnes" dans le monde, sur le darknet, partie cachée du réseau internet classique où les échanges sont totalement anonymisés.

Ce père de famille est également mis en examen pour des viols sur ses deux fillettes qu'il mettait en scène dans des contenus filmés qu'il produisait, selon une autre source proche du dossier.

Grâce à une cyberinfiltration, les policiers spécialisés de l'office central pour la Répression des Violences aux Personnes (OCRVP), en collaboration avec l'office de police européen Europol, avaient fini par identifier son adresse IP.

Interpellé le 7 juillet près de son domicile, il a reconnu les faits et se trouve aujourd'hui en détention provisoire.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.