Accéder au contenu principal
EN IMAGES

Du Covid-19 à Black Lives Matter : les photojournalistes congolais sur le front en RDC

Même avec un masque, Anglebert Maurice Kakuja ne perd rien de la classe des "sapeurs". La "Sape" désigne la "Société des ambianceurs de personnes élégantes". Bukavu, RD Congo, avril 2020.
Même avec un masque, Anglebert Maurice Kakuja ne perd rien de la classe des "sapeurs". La "Sape" désigne la "Société des ambianceurs de personnes élégantes". Bukavu, RD Congo, avril 2020. © Raissa Karama Rwizibuk, Fondation Carmignac
11 mn

Initiée par le photographe Finbarr O’Reilly, la plateforme collaborative "Congo in conversation" met en lumière les travaux de photojournalistes congolais. Ce projet en ligne montre la résilience de la RD Congo face à la crise du Covid-19, mais aussi l’engagement des photographes dans un pays émergeant d’une "longue histoire d’exploitation et de conflits".

Publicité

Après avoir été prolongé six fois depuis mars, l'état d'urgence sanitaire expire le 21 juillet en République démocratique du Congo. Le président Félix Tshisekedi doit encore "fixer les mesures de cohabitation entre le peuple congolais et la pandémie de coronavirus", alors que "l'ennemi invisible est toujours partout et en tout lieu", annonce le quotidien de Kinshasa Le Phare.

Cet ennemi invisible, qui a affecté au 19 juillet près de 8 500 personnes et en a tué 194 dans le pays, est traqué depuis la mi-mars par une dizaine de photographes congolais. Leur travail nourrit un reportage collaboratif en ligne "Congo in conversation", initié par le photographe canado-britannique Finbarr O'Reilly. Mis à jour régulièrement, ce flux de photos et vidéos permet de voir comment la RD Congo a enduré cette nouvelle crise.

Arlette Bashizi, Justin Makangara, ou Moses Sawasawa, entre autres, portent leur regard sur les défis sociaux, sanitaires, politiques de ce pays qui sort à peine de cette épidémie pour replonger doucement dans une autre – l'OMS a alerté le 18 juillet d'une reprise de l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola dans le nord-ouest du pays.

En avril 2020, trois jours après le premier cas de Covid-19 en RD Congo, une femme distribue du gel désinfectant à Goma, alors que les ressources en eau sont peu accessibles.
En avril 2020, trois jours après le premier cas de Covid-19 en RD Congo, une femme distribue du gel désinfectant à Goma, alors que les ressources en eau sont peu accessibles. © Arlette Bashizi pour Fondation Carmignac

"Trop longtemps, les étrangers ont dominé la narration en Afrique"

Cette aventure photographique commence à l'initiative de Finbarr O'Reilly. À 49 ans, ce photographe chevronné, déjà lauréat d'un World Press Photo, remportait le 11e prix Carmignac du photojournalisme consacré cette année à la RD Congo. Fin connaisseur du pays, il entamait alors un reportage qui devait durer six mois. Mais la pandémie mondiale de Covid-19 en a décidé autrement.

"En février, tandis que je suivais une équipe de la Croix-Rouge préparant les funérailles d'un nourrisson à Rutshuru, dans le Nord-Kivu, je pensais documenter les derniers jours de la deuxième pire épidémie d'Ebola de l'histoire. Je n'imaginais pas qu'une crise sanitaire plus mortelle encore menaçait", raconte-t-il sur le site du projet.

Des agents de la Croix Rouge enterrent le corps d'une enfant de 11 mois à Rutshuru, en RD Congo, décédée pendant l'épidémie d'Ebola, en février 2020.
Des agents de la Croix Rouge enterrent le corps d'une enfant de 11 mois à Rutshuru, en RD Congo, décédée pendant l'épidémie d'Ebola, en février 2020. © Finbarr O'Reilly pour Fondation Carmignac

En raison de la fermeture progressive des frontières, Finbarr O'Reilly rentre chez lui, à Londres. Le 10 mars, la RD Congo enregistre son premier cas de Covid-19. Deux semaines plus tard, l'état d'urgence est décrété, tandis que la dixième épidémie d'Ebola, qui s'était déclarée en 2018, était toujours en cours dans ce pays d'Afrique centrale. Le photographe décide alors de collaborer à distance avec des photojournalistes congolais pour avoir leur regard sur la crise.

"Trop longtemps, les étrangers ont dominé la narration en Afrique, usant souvent d'un prisme déformant hérité de la mentalité coloniale, reflet de biais structurels et raciaux", regrette celui qui sillonne l'Afrique depuis plus de 25 ans. "Heureusement, cette dynamique se modifie et de plus en plus de journalistes africains s'emploient à diffuser leurs histoires, leurs idées et leurs perspectives propres."

Scène de rue à Kinshasa, capitale de RD Congo, en mars 2020. Les autorités viennent de fermer les écoles et d'imposer les mesures de distanciation sociale en raison de la pandémie de Covid-19 dans un pays où les habitants ne perçoivent pas le virus comme une menace.
Scène de rue à Kinshasa, capitale de RD Congo, en mars 2020. Les autorités viennent de fermer les écoles et d'imposer les mesures de distanciation sociale en raison de la pandémie de Covid-19 dans un pays où les habitants ne perçoivent pas le virus comme une menace. © Justin Makangara pour Fondation Carmignac

"Parce qu'on ne peut pas faire autrement"

Basée à Goma, dans le Nord-Kivu, la photographe indépendante Arlette Bashizi a documenté le confinement "dans l'obscurité". "Nous avons beaucoup de coupures de courant à Goma. Nous y sommes habitués, mais elles rendent la vie difficile, surtout la nuit, et c'est encore pire maintenant que nous sommes enfermés toute la journée", écrit-elle. Elle photographie sa petite sœur, Marie, qui étudie à la lumière d'un portable alors que les écoles sont fermées. Elle couvre aussi les campagnes de distribution de gel hydroalcoolique dans le quartier de Katoyi, à Goma, où l'accès à l'eau est difficile.

L'école en période de confinement. Marie, 13 ans, étudie chez elle à la lumière de son téléphone portable pendant une énième coupure de courant à Goma, dans l'est de la RD Congo, durant le printemps 2020.
L'école en période de confinement. Marie, 13 ans, étudie chez elle à la lumière de son téléphone portable pendant une énième coupure de courant à Goma, dans l'est de la RD Congo, durant le printemps 2020. © Arlette Bashizi pour Fondation Carmignac

Également originaire de Goma, Moses Sawasawa s'est intéressé à l'économie informelle – non réglementée et non déclarée – pendant la crise sanitaire. Il s'est rendu au marché surpeuplé de Kituku, sur les rives du lac Kivu, au lendemain de la confirmation du premier cas de Covid-19 à Goma. "Beaucoup de gens ont continué à vaquer à leurs affaires", explique le photographe. "Les travailleurs informels ne disposent d'aucune forme de protection (…). Un malade peut amener la ruine dans une famille. Pourtant, les gens continuent à fréquenter les marchés, non parce qu'ils se moquent de leur santé, mais parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement", souligne-t-il encore.

Le marché sur les rives du lac Kivu, à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 2 avril 2020. Des milliers de Congolais dépendent de ces revenus quotidiens et ne peuvent pas se permettre de respecter les mesures de distanciation sociale liées au Covid-19.
Le marché sur les rives du lac Kivu, à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 2 avril 2020. Des milliers de Congolais dépendent de ces revenus quotidiens et ne peuvent pas se permettre de respecter les mesures de distanciation sociale liées au Covid-19. © Moses Sawasawa pour Fondation Carmignac

Black Lives Matter  "L'heure des comptes a sonné"

Quand la pandémie de Covid-19 a commencé à se calmer en RD Congo, les photographes se sont emparés de sujets plus politiques. Moses Sawasawa a couvert en juillet les manifestations pour protester contre le choix d'un nouveau président à la tête de la Commission électorale

Basée à Bruxelles, Pamela Tulizo a, quant à elle, couvert les manifestations exigeant le déboulonnage des statues de l'ancien roi belge Léopold II. Dans la mouvance de Black Lives Matter, la diaspora congolaise demande une relecture du passé colonial de la Belgique. Au même moment, Raissa Karama Rwizibuka couvrait à Bukavu, dans le Sud-Kivu, les manifestations célébrant les 60 ans de l'indépendance de la RD Congo, tandis que Justin Makangara capturait à Kinshasa les traces du colonialisme. "L'heure des comptes a sonné", écrit-il, "non pour nous, mais pour la Belgique. C'est à nos anciens colonisateurs de rattraper le temps perdu et de se confronter à leur passé."

Manifestation à Bruxelles en soutien du mouvement Black Lives Matter, en juin 2020. La foule dénonce les affres du colonialisme belge dans ce qui est maintenant la RD Congo.
Manifestation à Bruxelles en soutien du mouvement Black Lives Matter, en juin 2020. La foule dénonce les affres du colonialisme belge dans ce qui est maintenant la RD Congo. © Pamela Tulizo pour Fondation Carmignac

Des photographes engagés donc, qui montent sur le front pour décrire, selon Finbar O'Reilly, "les façons dont leur pays émerge graduellement d'une longue histoire d'exploitation, de conflits et d'incurie".

View this post on Instagram

Bukavu, DRC, June 30, 2020. Carine Baraka, 22 (left), Rosalie Kinja, 19 (center), and Linda Maroy, 20 (right), give the Black Power salute in the eastern city of Bukavu to mark the 60th anniversary of Congo's independence from Belgium on June 30th. Independence anniversary celebrations in Democratic Republic of Congo traditionally involve visiting foreign dignitaries and an extravagant military parade along the capital Kinshasa's main downtown thoroughfare, the Boulevard du 30 Juin. Due to Covid-19, the government this year scrapped public celebrations and announced the anniversary would instead take place “in meditation” with the anniversary budget redirected to containing the pandemic. (Photo by Raissa Karama Rwizibuka) Captions : [2] Goma, DRC, June 30, 2020. Activists from the the non-violent youth civil society movement Lutte pour le changement (LUCHA), gather at the Peace Roundabout in the eastern city of Goma to mark Congo's 60th anniversary of independence © Guerchom Ndebo for Fondation Carmignac. [3] Goma, DRC, June 30, 2020. Rebecca Kabul, an activist from LUCHA © Guerchom Ndebo for Fondation Carmignac. [4] Bukavu, DRC, June 30, 2020. Congolese flags fly at Independence Place roundabout in the eastern city of Bukavu to mark the 60th anniversary of Congo's independence © Raissa Karama Rwizibuka for Fondation Carmignac. [5] Beni, DRC, June 30, 2020. LUCHA activists gathering to protest the lack of security in Beni. [6] Bukavu, DRC, June 30, 2020. Linda Maroy, 20 © Raissa Karama Rwizibuka for Fondation Carmignac. 📌 Read the full article « Congo’s 60th Anniversary of Independence, a Time of Reckoning? » on our blog. Link in bio. “Congo in Conversation” by @finbarroreilly a collaborative digital reportage produced in close cooperation with Congolese journalists and photographers.⁠ #Congo #Independence #AntiRacism #Protests #BLM #Kinshasa #RDC #DRC #PrixCarmignacRDC #Photography

A post shared by Prix Carmignac (@prixcarmignac) on

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.