Accéder au contenu principal

L'Univers s'affiche en 3D dans la plus grande carte jamais publiée

Une capture d'écran de la carte 3D de l'Univers publiée le 19 juillet 2020 par l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).
Une capture d'écran de la carte 3D de l'Univers publiée le 19 juillet 2020 par l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). © AFP PHOTO / SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE (EPFL)
4 mn

Une collaboration de plus de vingt ans de centaines de scientifiques issus d'une trentaine d'institutions différentes de par le monde a permis la publication, dimanche, de la plus grande carte en 3D de l'Univers jamais réalisée.

Publicité

Des astrophysiciens du monde entier ont publié, lundi 20 juillet, la plus grande carte en 3D de l'Univers jamais réalisée, résultant de l'analyse de plus de quatre millions de galaxies et de quasars, objets ultralumineux émettant une énergie colossale.

"Ce travail nous offre tout simplement l'histoire de l'expansion de l'Univers la plus complète à ce jour", a souligné un des chercheurs, Will Percival, de l'Université de Waterloo.

>> À lire : Les Émirats arabes unis ont lancé avec succès leur première sonde vers Mars

La carte, fruit d'une collaboration de plus de vingt ans de centaines de scientifiques issus d'une trentaine d'institutions différentes de par le monde, a été dressée à partir du dernier sondage cosmologique du SDSS (Sloan Digital Sky Survey), nommé "The extended Baryon Oscillation Spectroscopic Survey" (eBOSS), autour d'un télescope situé au Nouveau-Mexique, aux États-Unis.

Grâce aux nombreux travaux théoriques menés au fil du temps sur le Big Bang, ainsi qu'à l'observation du fond diffus cosmologique (un faible rayonnement lumineux laissé par le Big Bang), les premiers instants de l'Univers sont relativement bien connus des chercheurs.

Filaments de matière et vides pour les prémices de l’Univers

Les études réalisées sur les galaxies et les mesures de distance avaient également donné une bonne compréhension de l'expansion de l'Univers qui s'est produite au cours de ces derniers milliards d'années.

"Il restait toutefois un manque de données entre le début de l'Univers et la période actuelle", a expliqué Kyle Dawson, de l'Université de l'Utah et l'un des meneurs du projet.

"En 2012, j'ai lancé le projet eBOSS avec l'idée de produire une cartographie 3D de l'Univers la plus complète, en utilisant pour la première fois de nouveaux traceurs que sont les galaxies formant activement des étoiles et les quasars", a indiqué Jean-Paul Kneib, astrophysicien à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

>> À lire : Avec Beidou, Pékin concrétise ses "nouvelles routes de la soie spatiales"

La carte montre des filaments de matière et des vides définissant la structure de l'Univers dès ses prémices, lorsqu'il n'avait que 380 000 ans.

Pour la partie de la carte relative à l'Univers d'il y a six milliards d'années dans le passé, les chercheurs ont observé les galaxies les plus anciennes et les plus rouges. Pour les époques plus lointaines, ils se sont concentrés sur les galaxies les plus jeunes, bleues.

Énergie noire et accélération de l’expansion de l’Univers

Pour remontrer au plus loin, c'est-à-dire jusqu'à onze milliards d'années, ils ont utilisé des quasars — des galaxies dont le trou noir supermassif, en leur centre, est rendu extrêmement lumineux par la matière qui y est engloutie.

La carte montre qu'à un certain moment l'expansion de l'Univers s'est accélérée et a, depuis, continué à le faire. Cette accélération semble être due, selon les chercheurs, à la présence d'énergie noire, un élément invisible qui s'intègre à la théorie générale de la relativité d'Einstein mais dont l'origine n'est pas encore comprise.

>> À voir : Vie extraterrestre : à la rencontre des chasseurs d'aliens

Les astrophysiciens savent depuis plusieurs années que l'Univers s'étend mais ils tentent depuis de mesurer la vitesse exacte de cette expansion.

En comparant les observations faites par le programme eBOSS aux études menées jusqu'à présent sur les premiers temps de l'Univers, les chercheurs ont constaté un décalage entre les vitesses.

Celle communément admise actuellement, appelée "constante de Hubble", s'est révélé être 10 % plus lente que la valeur calculée, a détaillé l'EPFL, en notant qu'il n'y a, à ce jour, pas d'explication.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.