Accéder au contenu principal

La Bourse de Paris à l'équilibre, tournée vers Bruxelles (+0,02%)

3 mn
Publicité

Paris (AFP)

La Bourse de Paris atteignait l'équilibre à mi-séance lundi (+0,02%), dans l'attente de la reprise des négociations au sommet européen de Bruxelles pour convenir d'un plan de soutien à l'économie.

A 14H06 (12H06 GMT), l'indice CAC 40 gagnait 1,05 points à 5.070,47 points. Vendredi, il avait fini en repli de 0,31%.

La cote parisienne a ouvert en baisse, jusqu'à perdre 1%, avant de remonter dans le vert, et de se stabiliser autour de l'équilibre.

"Les cours sont mitigés en raison de l'absence d'un accord sur le plan de soutien" économique pour les pays de l'Union européenne, même si "le fossé entre les deux camps s'est rétréci", selon David Madden, analyste de CMC Markets.

Les négociations lors du sommet européen à Bruxelles, initialement prévues seulement vendredi et samedi, doivent reprendre à 16 heures, les 27 chefs d'Etat et de gouvernement n'ayant jusqu'ici pas trouvé d'accord sur un plan de relance commun.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, médiateur du sommet, doit présenter un nouveau projet de compromis.

Le montant des aides accordées sous forme de subventions continue de susciter la discorde, les pays dits "frugaux" (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche) et la Finlande, souhaitant le faire baisser en deçà des 500 milliards d'euros prévus dans la première proposition.

Ce sommet "aura de profondes conséquences", selon Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. "Nous craignons que la proposition ambitieuse de M. Michel ne soit considérablement édulcorée, ce qui signifierait que l'UE rate une nouvelle fois l'occasion de faire preuve d'une réelle solidarité et de progresser vers l'achèvement de l'union monétaire", relève-t-il.

-Volatilité-

Avec la reprise des négociations, "la volatilité du marché devrait augmenter. En effet, la plupart des investisseurs suivent patiemment les discussions", note Pierre Veyret, analyste technique d'ActivTrades.

Un succès dans les négociations ouvre "la possibilité de nouveaux sommets plus tard dans la semaine" pour les marchés européens.

A l'inverse, "une pression baissière supplémentaire pourrait également se faire sentir, car les cas de coronavirus continuent d'augmenter et la probabilité de nouveaux confinements dans de nombreuses zones reste préoccupante", estime M. Veyret.

La résurgence des nouveaux cas de Covid-19 depuis quelques semaines aux Etats-Unis, pays le plus touché, représente "le principal risque" pour l'économie américaine, a estimé vendredi le Fonds Monétaire International. Elle a déjà entraîné "un ralentissement" dans certains Etats du pays et une "annulation partielle" des décisions de réouverture, de quoi faire dérailler la reprise entamée en mai, selon l'institution.

La volatilité est renforcée cette semaine par les nombreux résultats d'entreprises attendus.

Du côté des valeurs, Téléperformance montait de 2,12% à 236,50 euros à la suite d'une recommandation à "surpondérer" des analystes de Morgan Stanley.

EssilorLuxottica cédait 0,93% à 116,95 euros après avoir affirmé samedi avoir saisi un tribunal de Rotterdam pour exiger des informations sur l'impact de la crise du coronavirus de la part du distributeur d'optique néerlandais GrandVision, qu'il souhaite racheter.

Arkema progressait légèrement (+0,31% 89,68 euros), le jour de l'annonce du rachat d'ici au quatrième trimestre 2020 de Fixatti, un spécialiste des poudres adhésives thermocollantes présent en Europe et en Chine.

Le constructeur automobile français Renault gagnait 1,74% à 24,28 euros, malgré la publication de ses ventes mondiales, en chute de 34,9% au premier semestre.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.