Accéder au contenu principal

Le Royaume-Uni suspend "immédiatement" son traité d'extradition avec Hong Kong

Vue sur le port Victoria de Hong Kong.
Vue sur le port Victoria de Hong Kong. © Anthony Wallace, AFP
4 mn

Londres a gelé lundi son traité d'extradition avec Hong Kong et a également étendu son embargo sur les armes "potentiellement mortelles". Objectif : répliquer à la loi de sécurité nationale imposée par Pékin dans l'ancienne colonie britannique.

Publicité

C'est le signe d'une nouvelle escalade dans les tensions entre la Chine et le Royaume-Uni. Londres a annoncé lundi 20 juillet la suspension "immédiate et pour une durée indéterminée" de son traité d'extradition avec Hong Kong.

L'annonce a été faite devant le Parlement par le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab. Ce dernier a aussi annoncé étendre à Hong Kong l'embargo sur les armes "potentiellement mortelles" déjà appliqué au reste de la Chine.

La Grande-Bretagne entend ainsi répliquer à la nouvelle loi de sécurité nationale imposée par Pékin à Hong Kong. Un texte qui, selon Londres, porte atteinte aux libertés garanties dans la région administrative spéciale – y compris l'indépendance du système judiciaire. Elles ont permis à l'ancienne colonie britannique de devenir l'un des pôles financiers les plus importants depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

"Conséquences"

Les autorités de Hong Kong et de Pékin défendent cette législation, indispensable à leurs yeux pour combler les failles dans la sécurité nationale révélées par les récents mouvements de contestation pro-démocratie et anti-chinois, et la Chine a invité à plusieurs reprises les grandes puissances occidentales à cesser leur "ingérence" dans ce dossier.

Un communiqué sur le site de l'ambassade chinoise en Grande-Bretagne a critiqué la suspension du traité et affirmé "que la partie britannique va encore plus loin dans la mauvaise direction". "La Chine exhorte la partie britannique à cesser immédiatement de s'ingérer dans les affaires de Hong Kong qui sont les affaires intérieures de la Chine", indique la déclaration attribuée à un porte-parole anonyme de l'ambassade chinoise. "Le Royaume-Uni en supportera les conséquences s'il insiste pour aller dans la mauvaise voie", ajoute le texte.

Avec AFP et Reuters

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.