Accéder au contenu principal

Wall Street évolue sans direction claire en attendant un plan de soutien

Une femme fait du vélo devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 13 juillet 2020
Une femme fait du vélo devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 13 juillet 2020 Johannes EISELE AFP
3 mn
Publicité

New York (AFP)

La Bourse de New York évoluait sans direction claire lundi en début de séance, attentive à l'évolution de la pandémie aux Etats-Unis et aux négociations politiques au Congrès sur un nouveau plan de soutien.

Vers 13H55 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average cédait 0,49% à 26.542,24 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,48% à 10.553,97 points.

L'indice élargi S&P 500 cédait 0,11% à 3.221,26 points.

Wall Street avait affiché un bilan contrasté la semaine dernière, entre résultats d'entreprises mitigés, données économiques en demi-teinte et recul de plusieurs grandes valeurs technologiques: le Dow Jones avait pris 2,29%, tandis que le Nasdaq s'était tassé de 1,08%.

"Il y a de nouvelles informations sur la flambée des cas de coronavirus dans des foyers comme la Floride et sur les luttes internes entre les responsables étatiques et locaux sur la meilleure façon de ralentir la propagation du virus", observe Patrick O'Hare de Briefing.com.

Les Etats-Unis sont, de loin, le pays le plus lourdement touché par la pandémie avec 140.534 décès.

Sur le plan politique, Démocrates et Républicains entamaient des négociations sur des mesures supplémentaires pour faire face à l'impact économique du coronavirus.

Alors que de nombreux Etats fédérés ont dû fermer à nouveau une partie de leur économie, le Congrès pourrait notamment voter une rallonge de l'aide exceptionnelle de 600 dollars hebdomadaires pour les chômeurs, mise en place fin mars par le gouvernement et censée prendre fin le 31 juillet.

Côté européen, les 27 chefs d'Etats et de gouvernement de l'UE doivent reprendre leur sommet sur la réponse économique à apporter à la pandémie. Le président français Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel ont tous deux exprimé "l'espoir" d'un accord sur un plan de relance.

Par ailleurs, la saison des résultats se poursuivait pour plusieurs grandes entreprises de la place new-yorkaise.

Le groupe de services pétroliers américain Halliburton (+5,24%), heurté de plein fouet par le plongeon des prix du pétrole et la baisse des activités d'exploration et de forage, a vu son chiffre d'affaires plonger au deuxième trimestre, mais a dégagé un profit opérationnel grâce à d'importantes mesures d'économies.

Le géant du matériel et des services informatiques IBM (+0,41%) fera part de ses chiffres trimestriels après la clôture de lundi.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine baissait, s'établissant à 0,6036% contre 0,6266% vendredi soir.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.