Accéder au contenu principal

Pour Macron, un "succès européen" qui tombe à pic

Emmanuel Macron depuis l'Elysée lors d'une interview télévisée de TF1, à Paris le 21 juillet 2020
Emmanuel Macron depuis l'Elysée lors d'une interview télévisée de TF1, à Paris le 21 juillet 2020 Ludovic MARIN AFP
4 mn
Publicité

Paris (AFP)

"Le résultat est là!": après un interminable sommet à Bruxelles, le soulagement et la satisfaction sont de mise pour Emmanuel Macron qui tient enfin un succès sur la scène européenne, priorité affichée de son quinquennat.

"Historique": l'adjectif est revenu mardi sur toutes les lèvres des responsables français pour qualifier l'accord conclu à l'aube par les 27 dirigeants de l'UE.

"Jour historique pour l'Europe", a ainsi tweeté Emmanuel Macron, qui a ensuite salué, au 20H de TF1, "le moment le plus important de la vie de notre Europe depuis la création de l'euro" le 1er janvier 2002.

Cet enthousiasme a été partagé par les membres du gouvernement et, avec certaines réserves, par des responsables de la droite et de la gauche proeuropéenne. L'ancien président François Hollande s'est félicité d'un "progrès majeur dans la solidarité entre les 27" tandis que le patron des députés LR Damien Abad pointait des aspects positifs mais aussi de "vraies interrogations".

Mais, pour Marine Le Pen, "Macron vient de signer le pire accord pour la France de toute l'histoire de l’UE! Pour protéger son ego, il sacrifie notre avenir et notre indépendance". "Macron a tout cédé (...) aux pays radins. Au secours la propagande", a pour sa part dénoncé Jean-Luc Mélenchon.

Pour Emmanuel Macron, le "succès" du sommet est d'autant appréciable que l'Europe lui a apporté plus de déconvenues que de satisfactions depuis le début de son quinquennat. Son ambition de "refonder l'Europe", proclamée lors du discours de la Sorbonne en 2017, s'est heurtée à de multiples obstacles: Brexit, crise politique en Allemagne, mouvement des "gilets jaunes", montée du populisme...

"Il y a des moments d'avancée et de recul, mais nous avons toujours cru au projet européen", explique l'un de ses conseillers. Obtenir des résultats est donc "important dans le contrat politique que le président a passé avec les Français", qui vont "le juger aussi là-dessus", précise-t-il.

A Bruxelles puis sur TF1, Emmanuel Macron a d'ailleurs insisté sur les résultats concrets du sommet, à savoir que, "grâce à la solidarité européenne", "c'est 40 milliards d'euros qui vont être injectés" dans le plan de relance français pour surmonter la crise du coronavirus. "Nous allons changer la vie de nos concitoyens (...) C'est pour moi le plus important", a-t-il dit.

- Avec Merkel -

Dans les prochaines semaines, le gouvernement doit finaliser ce plan de relance d'un montant annoncé de 100 milliards d'euros, que Bruno Le Maire présentera au Conseil des ministres de la rentrée, le 24 août.

L'une des conditions actées à Bruxelles est de consacrer 30% de ce plan à la transition écologique, ce qui rejoint l'une des autres priorités affichées par l'exécutif pour les "600 jours" restants du quinquennat.

Sur la scène européenne, Emmanuel Macron va continuer à s'appuyer sur le couple franco-allemand, présenté par son entourage comme "le facteur essentiel" ayant permis l'accord des 27.

L'Allemagne et la France "ne peuvent pas tout" mais "si elles ne se mettent pas ensemble, rien n'est possible", a-t-il affirmé mardi à l'aube, lors de la conférence de presse avec Angela Merkel qui a conclu un sommet où les deux dirigeants n'ont cessé d'apparaître côte à côte.

Pour cela, le chef de l'Etat doit espérer que l'"alignement européen" entre Paris et Berlin perdure jusqu'au départ de la chancelière, prévu d'ici à la fin 2021, et soit partagé par son successeur. La France prendra la présidence tournante de l'UE le 1er janvier 2022, soit quelques mois avant la prochaine élection présidentielle.

En attendant, les deux capitales devront faire preuve d'un sens aigü de la diplomatie avec leurs partenaires, notamment des pays dits "frugaux" qui ont démontré leur détermination à peser dans les négociations. Ce sera l'une des tâches du nouveau secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, dont la nomination est attendue dans les prochains jours avec la finalisation du gouvernement Castex.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.