Accéder au contenu principal

Avec la mission Tianwen-1, la Chine lance sa première sonde vers Mars

La fusée Longue-Marche 5 a décollé du centre de lancement de Wenchang, sur l'île tropicale de Hainan (sud de la Chine).
La fusée Longue-Marche 5 a décollé du centre de lancement de Wenchang, sur l'île tropicale de Hainan (sud de la Chine). © Carlos Garcia Rawlins, Reuters
4 mn

La Chine a lancé jeudi sa première sonde indépendante vers Mars. La mission Tianwen-1 (Questions au ciel-1) va déployer un petit robot téléguidé à la surface chargé d'explorer la planète pendant 90 jours.

Publicité

Après les Émirats arabes unis lundi, la Chine. Le géant asiatique a lancé jeudi 23 juillet une sonde à destination de Mars et prévoit de déployer à sa surface un rover chargé d'explorer la planète pendant 90 jours.

L'engin a été propulsé par une fusée Longue-Marche 5 qui a décollé de la base de Wenchang, sur l'île chinoise de Hainan (sud). Les autorités doivent encore confirmer dans les prochaines heures la réussite du lancement.

La mission Tianwen-1 ("Questions au ciel-1") embarquera une sonde composée de trois éléments : un orbiteur d'observation (qui tournera autour de la planète rouge), un atterrisseur et un robot téléguidé (chargé d'analyser le sol martien).

La Chine n'est pas la seule à vouloir envoyer une sonde vers Mars cette année. Les Émirats arabes unis ont propulsé la leur ("Espoir") lundi et les États-Unis en lanceront une ("Mars 2020") le 30 juillet.

En cas de réussite, le lancement donnerait un regain de prestige à Pékin face à Washington, qui vient d'ordonner la fermeture du consulat de Chine à Houston, dernier avatar de l'intense rivalité entre les deux géants du Pacifique.

Une période propice aux voyages vers Mars

Les puissances spatiales profitent de l'actuelle distance réduite entre la Terre et la planète rouge. Une distance qui est tout de même d'environ 55 millions de kilomètres – l'équivalent de près de 5 000 allers-retours Paris-New York. Pour parcourir ce long trajet, il faudra environ sept mois à la sonde chinoise, qui doit arriver en février 2021 dans le champ de gravité de Mars.

Tianwen-1 est "similaire aux missions américaines Viking des années 1975-1976" en termes "d'échelle et d'ambition", déclare à l'AFP Jonathan McDowell, astronome au Centre Harvard-Smithsonian pour l'astrophysique, aux États-Unis.

"Je ne m'attends pas à ce qu'elle fasse quelque chose de significatif par rapport aux réalisations américaines", souligne-t-il, en référence aux multiples sondes et robots envoyés sur Mars par la Nasa.

La Chine veut rattraper son retard

Longtemps à l'écart de la féroce compétition spatiale États-Unis-URSS durant la Guerre froide, le pays asiatique rattrape patiemment son retard.

>> À lire : Avec Beidou, Pékin concrétise ses "nouvelles routes de la soie spatiales"

Il a envoyé son premier homme dans l'espace en 2003, fait atterrir des petits robots (les "Lapins de jade") sur la Lune en 2013 et 2019, et vient d'achever en juin de mettre en place la constellation de satellites de son système de navigation Beidou – rival du GPS américain.

Sa mission martienne est la prochaine grande étape de son programme, qui prévoit également la construction d'ici 2022 d'une station spatiale.

"Le fait que la Chine se joigne (à la conquête de Mars) va changer la situation actuelle qui est dominée par les États-Unis depuis un demi-siècle", souligne Chen Lan, analyste du site GoTaikonauts.com, spécialisé dans le programme spatial chinois. "Du point de vue de l'ensemble de l'humanité, c'est quelque chose de positif."

De l'avis des experts, l'expérience de la Chine sur la Lune va beaucoup lui servir pour Mars. "Mais la distance beaucoup plus grande signifie (...) que l'on doit faire les choses plus lentement, car le temps de parcours aller-retour du signal radio est important", note Jonathan McDowell.

"Et l'on a besoin d'une station plus sensible sur Terre car les signaux seront beaucoup plus faibles", souligne-t-il, pointant également les risques de défaillance durant le voyage.

Un premier échec en 2011

De fait, sur la quarantaine de missions soviétiques, américaines, européennes, japonaise ou indienne lancées vers la planète rouge depuis 1960, la majorité se sont soldées par des échecs.

En 2011, la Chine avait déjà tenté de partir à la conquête de Mars avec sa sonde Yinghuo-1 ("Luciole-1") placée dans un vaisseau russe. Mais ce dernier avait connu une avarie.

"Tant que (la nouvelle sonde) atterrit en toute sécurité sur la surface martienne et renvoie la première image, Tianwen-1 sera déjà une réussite", estime Chen Lan.

Loin de fanfaronner, la Chine fait preuve de prudence après avoir enregistré quelques échecs depuis début 2020, avec des lancements ratés et le retour sur Terre manqué d'une capsule spatiale.

Avec AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.